Il fallait bien l’avouer un jour … c’est fait !

Malgré la proximité du printemps en France, qui semble d’ailleurs déjà arrivé alors qu’il nous faudra encore attendre presque quatre semaines, les outrances du « Printemps Français » sont un peu moins bruyantes qu’en automne et en plein hiver.

Malgré la proximité du printemps en France, qui semble d’ailleurs déjà arrivé alors qu’il nous faudra encore attendre presque quatre semaines, les outrances du « Printemps Français » sont un peu moins bruyantes qu’en automne et en plein hiver.

Moi qui ai besoin de choses très simples pour avoir l’impression de comprendre, je suis tout à fait troublé par ce décalage saisonnier, d’autant qu’en principe la montée de sève vitale et génésique accompagne habituellement la fin de l’hiver, comme je l’observe dans mon jardin et au dynamisme redoublé que manifeste ma grosse chienne.

Des articles, de ci de là, montrent bien, cependant que tous, en France ou ailleurs, n’ont pas encore admis de laisser chacun vivre selon ses choix, ses tendances naturelles, en toute liberté dont le principe absolu est que la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres … et « lycée de Versailles », disait BERURIER.

Aujourd’hui, par exemple, on peut lire dans « Le Monde » qu’en Arizona une loi a été votée pour permettre à un pâtissier de ne pas vendre ses produits à des homosexuels, s’il estime que cela est contraire à ses convictions religieuses ! Où va se loger la religion, à faire ainsi obstacle au développement d’un chiffre d’affaire ! ! !

Un groupe de maires, vient de saisir la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour obtenir de ne pas être contraints à célébrer des mariages de personnes de même sexe. Ils avient été, préalablement déboutés alors qu’il avaient tenté d’obtenir satisfaction par l’intermédiaire d’une QPC (Question prioritaire de constitutionnalité) qui avait été rejetée par le Conseil Constitutionnel. Ils voulaient voir reconnaître cette fameuse « clause de conscience » les autorisant à ne pas marier des personnes de même sexe, ainsi que François HOLLANDE en avait bien imprudemment lancé l’idée … avant d’en changer comme de compagne.

Malgré ces soubresauts, le printemps a l’air de s’annoncer paisible sur ce terrain et je me reproche déjà de remettre cent sous dans le bastringue en faisant mon « coming out » : « J’ai pratiqué la PMA ».

J’ai quatre filles, nées entre 1972 et 1980, et elles sont toutes nées à la suite d’une PMA « Procréation Masculinement Assurée » !

Je crains des représailles de certains activistes, mais ça pesait trop sur ma conscience, il fallait bien que je l’avoue, quitte à ce que mon boulanger, s’il est opposé à la PMA, ne veuille plus me servir.

Jean-Paul Bourgès 26 février 2014

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.