Vingt ans après

Aujourd'hui je publie mon billet ici, mais vous pouvez aussi le trouver à

http://jean-paul-69-07.over-blog.com/2016/03/vingt-ans-apres.html

Ce billet n’a rien à voir avec Alexandre DUMAS. Il nous rappelle juste qu’il y a vingt ans sept moines cisterciens, qui vivaient paisiblement au milieu de la population algérienne à Tibéhirine, furent enlevés … on ne sait toujours pas clairement par qui et pourquoi, et que leurs têtes furent retrouvées huit semaines plus tard au bord d’une route.

On était au beau milieu de ce qu’on appelle « la décennie noire » qui fut une guerre civile d’une rare sauvagerie opposant l’Etat algérien au GIA. Le nombre exact de victimes fait encore débat plus de quinze ans plus tard. On parla de deux-cent-mille morts, d’autres pensent que c’est plutôt un peu au-dessous de cent-mille.

Les sept moines de Tibéhirine font partie de ces trop nombreuses victimes.

La mauvaise volonté évidente des autorités algériennes, comme la molle ardeur des autorités françaises, pour découvrir toute la vérité donnent de la crédibilité aux hypothèses qui évoquent des opération barbousardes ayant mal tourné. On saura probablement un jour ce qui s’est passé … mais le moment ne semble pas encore arrivé.

Il reste que cette période de l’histoire de l’Algérie s’intègre dans le combat en profondeur de ceux qui veulent instaurer des régimes fondés sur une charia extrémiste et ne reculent devant aucune violence pour y parvenir. La religion est-elle vraiment le cœur de ce combat ? J’ai beaucoup de doutes à ce sujet, tellement il me semble que le véritable ressort est une lutte très humaine et terrestre pour le pouvoir, pour le contrôle du pétrole, pour le maintien des femmes dans une position subalterne, et contre une culture typiquement européenne qui repose sur des principes opposés mais a le tort, réel, d’avoir longtemps … et toujours aujourd’hui … profondément méprisé les Musulmans après les avoir assujettis.

Depuis plus de vingt ans, par l’ancienneté de nos liens paisibles ou violents avec l’ensemble du monde musulman, nous sommes à la fois loin et près de ce combat, dont l’essentiel se déroule maintenant au Proche-Orient mais avec des métastases africaines et asiatiques sur un fond d’opposition absolue ente sunnisme et chiisme.

Il faudrait que nous prenions bien conscience que ceux qui risquent le plus dans cette lutte, ce sont les Musulmans qui partagent avec nous les idées de laïcité, et particulièrement ceux qui prônent l’égalité homme-femme. Comme durant la décennie noire en Algérie, ce sont eux qui forment la masse des victimes. Et, pourtant c’est à eux que nos Gouvernements européens tentent de fermer la porte d’entrée dans l’Europe en les confiant à Recep Tayyip ERDOĞAN, qui partage pourtant les idées des extrémistes islamistes, qu’il contribue à faire vivre en leur achetant à bon compte du pétrole volé par Daesh dans les puits de pétrole dont il a pris le contrôle.

Vingt ans après, on aurait pu espérer que notre politique soit devenue plus lucide … hélas elle ne l’est toujours pas … et elle toujours aussi égoïste !

Jean-Paul BOURGЀS 27 mars 2016

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.