Pourquoi on aime ?

Ce qui compte c’est que je ne l’aime pas et je sais même pourquoi

Répondant à la presse régionale, Nicolas SARKOZY a eu la formule suivante à propos des facteurs susceptibles d’entraîner sa victoire : « Ce qui compte, c’est “je t’aime”, pas “pourquoi je t’aime”  ».

Cette formule surprenante, véritable négation de la démocratie et de l’intelligence, est cependant parfaitement dans la logique de Patrick LE LAY qui voulait vendre à Coca-Cola du temps de cerveau disponible. On est dans ce registre de la publicité, de l’émotionnel, de l’absence de toute rationalité.

Quel mépris des Hommes !

Eh bien, je n’hésite pas à répondre que je n’aime pas Nicolas SARKOZY et je peux expliquer pourquoi.

Il est petit et agité. Je suis petit aussi, probablement un peu plus petit que lui, mais beaucoup plus calme. En tout cas, je vous assure que mon aversion pour lui n’est pas due à ses caractéristiques physiques. Alors exit le look, on va pouvoir parler du fond.

Il y a trente sept ans qu’il fait de la politique et j’invite ceux qui aiment bien l’Histoire (Avec un H majuscule) à regarder sa première apparition télévisée en 1975.

Pour cela je vous fournis une adresse internet : http://www.dailymotion.com/video/x4oq7g_sarkozy-jeune-ouhaouuuu-sa-premiere_fun

Il était plutôt mignon le gamin … et presque calme. Ne boudez pas votre plaisir en le voyant opiner docilement du bonnet en faveur de « la police de proximité … plutôt que de la police répressive », préoccupé de l’environnement, soucieux de l’industrialisation de la France … et approuvant béatement la proposition de Robert GROSSMANN (Alors président des jeunes de l’UDR) qui voulait qu’à la rentrée scolaire on oblige chaque entreprise à embaucher un jeune sortant du système scolaire ! ! ! Aujourd’hui nul n’ose plus penser en des termes aussi dirigistes. C’est pourtant comme ça que notre petit bâtard issu des gènes de REAGAN et de THATCHER, pensait à l’époque.

Aujourd’hui il a retrouvé toutes les bonnes vieilles « valeurs » de la France de PÉTAIN, jusqu’à vouloir contraindre les allocataires du RSA au STO … afin qu’ils échappent à ce qu’il appelle la gangrène morale de l’assistanat qui émeut tellement cette étoile montante qu’est le sémillant Laurent WAUQUIEZ.

Il a, depuis longtemps, choisi son camp qui est celui des privilégiés dont il sert lamentablement les intérêts en prenant au passage sa petite part du festin comme un caniche qui tourne autour de la table en quémandant quelques reliefs du repas de ses maîtres, BETTENCOURT, BOLLORÉ, LAGARDÈRE, BOUYGUES etc...

Il a insulté gratuitement (Car nul ne lui demandait cela) ces générations d’enseignants qui firent la République en expliquant qu’ils ne pouvaient, comme les prêtres, transmettre des valeurs.

Il a abaissé notre pays en recevant fastueusement KADHAFI … dont on a, désormais, de bonnes raisons de penser qu’il avait financé sa campagne électorale de 2007.

Il finit cet épouvantable quinquennat dans l’abjection en courant après les thèses du Front National, qui s’apprête probablement d’ailleurs à le faire battre tellement, même eux, ne l’estiment guère.

Le 27 avril est un anniversaire, celui de la démission du Général DE GAULLE, il y a quarante trois ans, dont la réforme du Sénat avait été refusée par une majorité du peuple Français. Quelle dignité ! Mais que c’est loin.

Entre le Général DE GAULLE et l’imitateur de PÉTAIN, l’écart est monstrueux et je plains les vrais gaullistes de voir ce pantin prétendre incarner leur mouvement.

Voila qui est dit, vous savez pourquoi je ne l’aime pas.

Jean-Paul Bourgès le 27 avril 2012

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.