Déchéance d’Intérêt Général … à Sivens

Quatorze mois après la mort de Rémi FRAISSE, les Préfets du Tarn et du Tarn et Garonne ont signé un arrêté déclarant la déchéance d’Intérêt Général du barrage de Sivens.

Ces quatorze mois ont été marqués par un grand nombre de violences, d’origines diverses, mais qui ont un point commun … le refus du dialogue et l’illusion dramatique que la force permet d’avoir raison.

Mais pourquoi donc faut-il tuer un jeune scientifique passionné par la nature et sa protection, au lieu de se dire que, si tant de personnes se mobilisent pour s’opposer à un projet, c’est peut-être qu’il n’a pas que les avantages que lui voient les lobbyistes locaux qui souhaitent sa réalisation ?

Plutôt que l’envoi de gendarmes mobiles équipés de grenades, le rôle de l’Etat n’est-il pas de s’élever entre les parties qui s’opposent en organisant les auditions contradictoires des pour et des contre, au lieu de se ranger systématiquement au côté des plus puissants ?

A quand une décision similaire à Notre Dame des Landes … qui serait, peut-être, une façon de montrer que la COP21 ne fut pas qu’un énorme Barnum sans plus d’effets durables qu’un numéro d’illusionniste ?

Au lieu de se régaler au spectacle assez pitoyable des divisions des Verts qui atomisent ce mouvement chaque jour un peu plus, entre ceux qui voudraient tellement intégrer le gouvernement et ceux qui veulent se préparer à vendre très très cher un ralliement salvateur en 2017, ne serait-il pas plus judicieux pour François HOLLANDE d’écouter les militants de base ?

Mais chaque événement, majeur ou non, montre que le Président de la République est totalement autiste et qu’il est tombé sous l’influence inquiétante de son Premier Ministre qui ne pense qu’en terme d’usage de la matraque.

Cette rupture complète avec l’ensemble de l’électorat qui a conduit François HOLLANDE à l’Elysée, nous annonce, bien sûr, le retour de la droite au pouvoir, en espérant qu’il ne s’agira quand-même pas de Marine LE PEN … même si la nuance entre droite et extrême-droite est de plus en plus ténue.

Belle victoire pour celui qui nous a bluffés de ses promesses du Bourget jusqu’au célèbre « Moi Président je … » qui avait même cloué le bec de Nicolas SARKOZY, pourtant réputé imbattable en terme de culot.

Jean-Paul BOURGÈS 27 décembre 2015

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.