Une première parlementaire !

 Ce billet est également publié à : premiere-parlementaire

Si, désormais, témoigner sous serment devant une Commission d’enquête parlementaire, ne permet plus de mentir … c’est que tout fout le camp, mon bon Monsieur, et qu’arpenter les couloirs du Parlement et les cabinets ministériels devient aussi risqué, pour les hommes d’influence en tout genre, que ramper dans un champ de mines.

C’est au Sénat, dont décidément les audaces nous surprendront plus qu’on ne l’imaginait de la part de « la Haute-Assemblée », que nous vient ce tsunami qui doit faire trembler beaucoup de nos lobbyistes et pseudo-experts-neutres.

Depuis des années un pneumologue, Michel AUBIER, passait un temps fort significatif à désamorcer toutes les sources d’information qui faisaient état du danger présenté par les particules fines rejetées par les moteurs-diésel … qui, selon lui, n’apparaissent pas spécialement cancérigènes.

Déposant, le 16 avril 2015, devant la Commission d’enquête parlementaire sur le coût économique et financier de la pollution de l’air, il n’hésita pas à jurer n’avoir aucun intérêt commun avec des industries dont les produits sont impliqués dans la pollution de l’air que nous respirons.

Probablement légèrement atteint par la maladie d’Alzheimer, il avait totalement oublié qu’en plus de ses fonctions hospitalières, il a un job de médecin-conseil, confortablement rémunéré cinq-mille euros par mois par l’entreprise TOTAL.

Le mensonge sous serment ayant été découvert, le bureau du Sénat vient de décider, à l’unanimité, de transmettre le dossier au Parquet, à charge pour celui-ci d’engager les poursuites qu’il jugera nécessaires.

Serait-ce le début du nettoyage des écuries d’Augias ? Espérons-le, mais ne nous réjouissons pas trop, Les fleuves Alphée et Pénée avaient suffi pour nettoyer les écuries où le crottin s’était accumulé. Je crains que tous les fleuves français ne soient pas suffisants pour nous débarrasser de tous ces lobbyistes qui gravitent autour des élus nationaux ou locaux jusqu’à les soumettre aux intérêts privés.  

Jean-Paul BOURGЀS 29 avril 2016

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.