Rajsfus

" de nombreux juifs ont participé activement à la déportation de leurs coreligionnaires "

C’est plus important que ça.
Les Français israélites étaient  bien intégrés à la société française, nationalistes, favorables au régime de Vichy et protégés par lui contre les revendications allemandes. Ils étaient organisés au sein de l’Union Général des Israélites de France pour les questions temporelles, et pour la religion ils avaient le Consistoire central crée par Napoléon.
Tout les distinguait et les opposait aux Juifs immigrés d’Europe centrale issus du Bund, prolétaires, mal élevés, révolutionnaires, syndicalistes et subversifs, concentrés dans quelques grandes villes. Les Français israélites étaient hostiles à cette immigration qui donnait une mauvaise image des Juifs, qui voulait déposséder les Bourgeois, et qui provoquait de l’antisémitisme.
Les Israélites français ont demandé et obtenu du gouvernement de Vichy de se faire déléguer toute la mise en oeuvre de la politique de sélection et de rapatriement des Juifs apatrides, c’est-à-dire citoyens ressortissants des pays du IIIe Reich (Autriche, Pologne, Allemagne, Pays-Baltes,..). Ce sont eux qui ont fait les liste pour les arrestations, qui ont fait les listes des convois, qui ont aussi fait les listes des libérés de Drancy comme les parents de Alain Libietz, qui se sont occupés qu’ils soient le mieux traités possible. Il faut dire à leur décharge que à cette époque, ils étaient tous persuadés qu’il s’agissait pour des ressortissants allemands ou assimilés, de retourner en Allemagne ou en Pologne pour contribuer eux aussi à l’effort de guerre allemand, sachant que tous les autres allemands étaient mobilisés, et qu’il y avait même le STO pour les Français.
Donc il ne faut pas leur jeter la pierre, c’était une sorte de lutte des classes entre les juif bourgois et les juifs prolétaires, ce n’était pas de l’antismitisme, ni une volonté de collaborer avec l’Alemagne qu’ils détestaient autant que les autres Français.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.