CARSAT - LREM : c'est quoi ce bordel ?

C'est une histoire peut être banale mais tellement représentative des dysfonctionnements de notre société et de la désinvolture de ceux qui en ont pris les rênes, que je voudrais raconter là.

L'histoire commence le 02 février 2017 par une demande de pension de retraite formulée auprès de la caisse Rhône-Alpes pour une travailleuse handicapée par sa curatrice, avec prise d'effet au 1er septembre 2017.

Après 6 mois d'instruction du dossier, après avoir du répondre par 3 fois aux mêmes demandes de documents complémentaires, après avoir été tenue 5 ou 6 fois en attente téléphonique par un répondeur qui au bout de 25 mn vous demande de rappeler ultérieurement, après avoir, enfin, pu obtenir l'accès à un site internet totalement in opérationnel ; après toutes ces péripéties donc, cette demande parfaitement conforme aux conditions de l'article D-351-1-5 du code de la sécurité sociale s'est vue, le 23 août dernier, rejetée au motif d'un article sans aucun rapport avec le statut particulier de la demandeuse....

Et ceci, aussi aberrant que cela puisse paraitre, alors même que sa caisse de retraite complémentaire, qui avait validé sa demande 3 semaines plus tôt, lui verse depuis le 1er septembre son maigre complément.

Restait donc à formuler un recours amiable auprès de la CARSAT comme proposé dans la notification de rejet, ce qui fut fait sans délai et de manière circonstanciée, en même temps qu'une lettre fut adressée à Mme la Députée LREM, nouvellement élue de la 3e circonscription de la Drôme, lui demandant non pas une intervention en faveur de ce cas précis, mais plus simplement de bien vouloir se pencher sur ces dysfonctionnements préjudiciables à nombre de candidats à la retraite.

2 mois plus tard, la demandeuse n'a toujours pas été rétablie dans ses droits, et Mme la député reste muette.

Au manque de moyens mis à la disposition de nos organisme sociaux, mais aussi parfois à leur incompétence, vient s'ajouter la désinvolture et le peu d'humanisme d'élus qui ne condescendent pas à aller jusqu'à adresser ne serait ce qu'un simple accusé de réception aux citoyens qui les interpellent.

Pendant ce temps une personne handicapée essaie de survivre avec pour seuls revenus mensuels une allocation adulte handicapée de 343.31 € et une retraite complémentaire de 65.04 €...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.