Port du masque du décret du 29/10/2020 pour les enfants

Le décret ministériel pris le 29 octobre 2020 va à l'encontre et bafoue clairement les articles de la Déclaration des Droits de l'Enfant ratifiée par l'Etat Français en 1989

Port du masque du décret du 29/10/2020 : cela va à l'encontre et bafoue clairement les articles de la Déclaration des Droits de l'Enfant ratifiée par l'Etat Français en 1989. Les articles 3.1 (cela nuit au développement de l'enfant par des aspects multiples) et l'article 2.2 (que ce soit du ministre à l' enseignant ou quiconque, discriminer ou sanctionner un enfant pour non port du masque -l'intimider et le réprimer en classe en fait partie- relève de l'humiliation ou de la maltraitance et est passible de 10 à 20 à 30 ans de prison)

https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/Conv_Droit_Enfant.pdf

Article 2.2. Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour que l'enfant soit effectivement protégé contre toutes formes de discrimination ou de sanction motivées par la situation juridique, les activités, les opinions déclarées ou les convictions de ses parents, de ses représentants légaux ou des membres de sa famille.

Cela dit clairement que un enfant ne peut être discriminé sur le fait qu'il ne porte pas de masque: il doit être admis à l'école comme tous les autres et ne peut être refoulé sous aucun motif s'il ne présente pas de symptômes de maladie (et une attestation parentale sur l'honneur suffit aux yeux de la Loi, aucun certificat/résultat de test ou certificat médical ne peut être exigé)

L'enfant doit être accepté en classe dans les mêmes conditions que les autres enfants scolarisés avec lui (pas mis à l'écart de quelque manière que ce soit), sans aucune forme de discrimination (aucune ostracisation au sein de l'école, dans sa classe, par ses professeurs ou le personnel de l'école, aucune pression morale ou physique, ces dernières relevant de maltraitance, sanctionnée comme dit plus haut).

 

Sources: https://reaction19.fr/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.