décret 2020-1310 du 29 octobre 2020: pas de cadre dérogatoire ?

Ainsi, aux termes de l'article 36-II-3° du décret 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19, le port du masque est obligatoire pour les élèves des écoles élémentaires. Il n'existe pas de cadre dérogatoire ou d'aménagement possible de ces directives qui sont généralisées à l'ensemble du pays. Vraiment ?

Réponse d'une maitresse :

Madame,

J'ai bien pris connaissance de votre réponse. Toutefois, je ne suis pas en mesure d'accéder favorablement à votre requête.

L'ensemble de la communauté éducative est bien consciente des contraintes supplémentaires qui s'imposent désormais à chacun mais le présent protocole intègre des évolutions (dont le port du masque dès 6 ans) rendues nécessaires par la circulation active du virus constatées depuis octobre 2020.

Afin de protéger les élèves et les personnels, dans le contexte covid-19, la reprise se fait donc dans le strict respect des règles du protocole sanitaire renforcé. Celui-ci repose sur les prescriptions émises par le ministère des Solidarités et de la Santé au vu des avis rendus par le Haut conseil de la santé publique ainsi que sur les dispositions législatives et règlementaires en vigueur.
Ainsi, aux termes de l'article 36-II-3° du décret 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19, le port du masque est obligatoire pour les élèves des écoles élémentaires. Il n'existe pas de cadre dérogatoire ou d'aménagement possible de ces directives qui sont généralisées à l'ensemble du pays.

Consciente des efforts que chacun doit fournir face à ce contexte, je sais pouvoir compter sur votre engagement en tant que parent d'élève. Ainsi, on permet à chaque enfant de pouvoir poursuivre sa scolarité dans son établissement et d'éviter de ce fait un décrochage inévitable dans le cas où le télé-enseignement serait rétabli.

Bien à vous

 

Cette base argumentaire tirée du discours officiel est vide: "...rendues nécessaires par la circulation active du virus constatées depuis octobre 2020...". Et elle est détournée comme argument de peur et de justificatif absolu.

En effet, quoi de plus normal pour un virus après presque un an de baroude au travers des populations mondiales que d'être détecté 'in fine' partout ? C'est un scoop? Ils sont surpris ?

Mais c'est le chemin naturel de tout virus, se propager, s'intégrer à ses hôtes et être digéré à la longue par nos immunités collectives !

Arguer le fait qu'il se propage activement partout en octobre, bon sang, quoi de plus normal et prévisible ! C'est juste NORMAL ! Et ça n'en fait pas des malades pour autant. (voir les chiffres réels de la MORTALITÉ sur le site de Santé Publique France)

Argument basé sur des montagnes de tests PCR à la fiabilité tout à fait discutable avec un CT surélevé proche de 50 qui détecterait positive une papaye, et une interprétation totalement mensongère de ses chiffres par la presse, par le président et par les instances gouvernementales, un test même pas capable de faire la différence avec les cas de grippe, par exemple:

Le 04/09/2020: cela expliquerait les moins de 100 morts de la grippe officiels cette année en France face au 15000 à 25000 annuels de chacune de ces 10 dernières années en France ?

https://www.tdg.ch/roche-cree-un-test-pour-differencier...

https://www.sudouest.fr/.../coronavirus-le-laboratoire...

(voir aussi dans ces cas les chiffres réels de la mortalité attribués aux grippes, toujours sur le site de Santé Publique France)

Certains enseignants sont comme beaucoup d'autres gens, perdant les pédales dans leur 'réalité perçue' face à une réalité factuelle dont la gravité est totalement politique et non plus sanitaire depuis mi-mai. Aucun cas de malade grave de la Covid chez les enfants, aucune hospitalisation non plus, et un nombre d'enseignants hospitalisés graves de la Covid risible.

Les enseignants qui demandent un renforcement des mesures sanitaires ont-ils autant eu peur d'attraper les grippes bien plus mortelles les années précédentes? La tuberculose ou même les méningites causent pourtant plus de morts et de séquelles définitive chaque année que la Covid. En entendent-ils parler au travers de mesures sanitaires d'ampleur nationales aussi contraignantes que celles qu'on nous impose actuellement?

Et que dire du droit de retrait INDIVIDUEL du fonctionnaire, qu'ils ont abandonné à l'esbroufe d'effet d'annonce de leur sinistre ministre en début de crise ? C'est leur droit inaliénable, que ce ministre n'a aucunement le droit de discuter ou réglementer. Les enseignants qui ont peur n'ont qu'à l'utiliser au lieu de se rendre complice de maltraitance. Qu'ils laissent faire les autres enseignants qui ont gardé la lucidité et la mesure de la situation réelle.

Personne en bonne santé n'a besoin de masque à l'école. La possibilité de P.A.I. existe et doit s'imposer pour les plus fragiles. Un protocole sanitaire ne doit concerner que ces cas là.

Sources:

http://www.reinfocovid.fr

https://www.youtube.com/channel/UCljXEDaSZVZ4x5tRRkAH7WA

 NB:   le covid = virus du covid-19,
          la Covid = maladie symptomatique induite par le seul virus du covid-19.

 

Y a pas besoin de cadre dérogatoire, y a la Déclaration des Droits de l'Enfant ratifiée par l'Etat Français en 1989. Elle est supérieure au décret 2020-1310 du 29 octobre 2020.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.