Jean-Philippe Gaborieau
"Les inventions d'inconnu réclament des formes nouvelles." (Rimbaud, lettre du voyant)
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 sept. 2019

La fin de l’histoire du colibri

Le problème de l’histoire du colibri, c’est qu’on ne nous en raconte jamais la fin.

Jean-Philippe Gaborieau
"Les inventions d'inconnu réclament des formes nouvelles." (Rimbaud, lettre du voyant)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour mémoire, la voici telle qu’on la trouve sur le site du mouvement des Colibris :

"Colibris tire son nom d’une légende amérindienne, racontée par Pierre Rabhi, son fondateur :

"Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : "Colibri ! Tu n’es pas fou? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! "

"Et le colibri lui répondit : "Je le sais, mais je fais ma part."

Voici la fin telle qu’on ne nous la raconte pas :

"Au bout de quelques heures, le petit colibri mourut d’épuisement, très fier de lui. Si fier de lui qu’il avait réussi à se construire un ego aussi monumental que l’incendie de forêt qu’il prétendait combattre. Puis la forêt brûla tout entière, comme de juste, jusqu’à la dernière fougère, jusqu’au dernier brin d’herbe. Le colibri n’avait guère quoi être si fier, finalement."

Ne tournons pas autour du pot : l’incendie de forêt, c’est le capitalisme qui a remplacé l’esclavage par la combustion hystérique des énergies carbonées, et c’est surtout la forme la plus virulente dudit capitalisme, la forme actuelle, celle qu’on a appelée « néolibéralisme ». Celle où un petit groupe d’oligarques amassent des fortunes cosmiques en saccageant le milieu dont l’espèce humaine a désespérément besoin pour simplement survivre. Celle où ce même petit groupe d’oligarques tentent de nous farcir la tête avec des sophismes dont le seul but est de pérenniser leur emprise sur nous, allant jusqu’à soutenir que l’austérité c’est la prospérité ou que l’art de s’occuper des pauvres consiste à s’occuper des riches. Celle qui essaie de remplacer l’éducation par l’apprentissage de techniques de production industrielle, de manière à tuer chez les élèves dès l’enfance toute capacité à démonter les sophismes qui en pérennisent l’existence. Celle où par cupidité aveugle et stupide, une caste minuscule et toute puissante scie non seulement la branche sur laquelle elle est assise, mais celle sur laquelle nous sommes tous assis.

L’heure du colibri a passé. Nous ne pouvons pas davantage apporter une touche d’acceptabilité à cette idéologie du suicide collectif au bénéfice d’une petite aristocratie délirante que nous ne pouvions apporter une touche d’humanité à l’économie de l’esclavage. L’heure de la bonne volonté individuelle a fait long feu. Le temps est venu de se dresser en masse contre ce système monstrueux sans plus écouter un mot de sa rhétorique soûlante et perverse. Le temps est venu de prendre en compte les dimensions collective et institutionnelle du piège mortel où il nous a enferrés. Le temps est venu de constituer l’humanité en un NOUS massif et bien énervé qui lui mette un pain définitif.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Nucléaire
« Hugo », lanceur d’alerte du nucléaire : « J’accuse EDF de dissimulations »
« Avec ce type d’attitude, nos centrales ne sont pas sûres » : le témoignage choc d’un membre de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin, inquiet que la culture de la sûreté nucléaire passe en arrière-plan des impératifs financiers au sein du groupe EDF.
par Youmni Kezzouf et Jade Lindgaard
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report