Jean-Philippe Gaborieau
"Les inventions d'inconnu réclament des formes nouvelles." (Rimbaud, lettre du voyant)
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 janv. 2020

On voudrait un gouvernement

Le gouvernement qu'on voudrait.

Jean-Philippe Gaborieau
"Les inventions d'inconnu réclament des formes nouvelles." (Rimbaud, lettre du voyant)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On voudrait un gouvernement qui n’enlève pas aux plus pauvres pour donner aux plus riches. On voudrait un gouvernement qui ne supprime pas l’ISF et qui n’instaure pas la flat tax parce qu’il sait très bien qu’en 2018, plus de 49 milliards d’euros ont été distribués en dividendes, ce qui est un record absolu depuis une vingtaine d’année. On voudrait un gouvernement conscient que les 20 milliards d’euros de CICE sont un cadeau aux grandes entreprises qui ne crée aucun emploi. On voudrait un gouvernement qui s’applique à redistribuer la richesse produite équitablement en réformant le système fiscal. On voudrait un gouvernement qui ne ferme pas les yeux sur les paradis fiscaux, ni sur l’optimisation fiscale légale et encore moins sur l’évasion fiscale illégale. On voudrait un gouvernement qui dégage les sommes nécessaires à une politique de solidarité au lieu d’en remplir les poches des « premiers de cordée » qui, comme le patron de LVMH en 2017, peuvent gagner jusqu’à 2,8 millions d’euros par heure.

On voudrait un gouvernement qui respecte les gens qui ont travaillé toute leur vie et qui ont cotisé toute leur vie pour leur retraite. On voudrait un gouvernement qui ne considère pas la vieillesse comme un marché destiné à enrichir les fonds de pension et autres gestionnaires d’actifs. On voudrait un gouvernement qui se préoccupe du bien être des anciens travailleurs et ne les remise pas après usage en espérant qu’ils meurent le plus vite possible pour coûter le moins cher possible. On voudrait un gouvernement qui pense la vieillesse dans le cadre de la solidarité.

On voudrait un gouvernement qui respecte les gens qui ont perdu leur travail après avoir cotisé pour leur allocation de chômage. On voudrait un gouvernement qui assiste les chômeurs au lieu de les fliquer et de les culpabiliser. On voudrait un gouvernement qui au lieu de comprimer le personnel de Pôle Emploi voit dans cette assistance aux chômeurs l’occasion d’embaucher. On voudrait un gouvernement qui pense le chômage dans le cadre de la solidarité.

On voudrait un gouvernement qui ne considère pas la santé comme un marché ni l’hôpital comme une entreprise faite pour produire du « séjour », autrement dit des profits. On voudrait un gouvernement qui donne aux médecins et aux soignants les moyens de leur mission. On voudrait un gouvernement qui considère la guérison des malades comme une priorité plus haute que la rentabilité des structures de soin. On voudrait un gouvernement qui pense la maladie dans le cadre de la solidarité.

Malheureusement, on a un gouvernement qui fait exactement le contraire. Tant qu’il continuera sur cette lancée, continuons à descendre dans la rue.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Nucléaire
« Hugo », lanceur d’alerte du nucléaire : « J’accuse EDF de dissimulations »
« Avec ce type d’attitude, nos centrales ne sont pas sûres » : le témoignage choc d’un membre de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin, inquiet que la culture de la sûreté nucléaire passe en arrière-plan des impératifs financiers au sein du groupe EDF.
par Youmni Kezzouf et Jade Lindgaard
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato