Jean-Philippe Gaborieau
"Les inventions d'inconnu réclament des formes nouvelles." (Rimbaud, lettre du voyant)
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 nov. 2020

L’exception sénégalaise

Coronavirus au Sénégal : pour Le Monde, une immunité collective pourrait expliquer l’absence de deuxième vague. Faut voir.

Jean-Philippe Gaborieau
"Les inventions d'inconnu réclament des formes nouvelles." (Rimbaud, lettre du voyant)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 27 novembre, Le Monde a mis en ligne un article intitulé « Coronavirus au Sénégal : une immunité collective pourrait expliquer l’absence de deuxième vague », dans lequel il s’interroge longuement sur le fait que « le pays ne compte que 16 000 cas de contamination et 331 décès dus au Covid-19 ». Et Le Monde de s’éberluer : « Seule une poignée de malades sont en soins intensifs, selon le ministère de la santé. Si l’épidémie avait suivi les courbes de l’Europe, le Sénégal aurait compté environ 100 fois plus de morts ». Comme c’est curieux.

Dans un premier temps, Le Monde va chercher un premier toubib qui « avance qu’une « immunité croisée » a vu le jour au Sénégal » hypothétiquement due à des contacts éventuels avec des virus du même tonneau. Puis, se rendant compte que dans un monde de revendications identitaires virulentes il est pour le moins politiquement incorrect d’émettre une hypothèse sous-entendant que, peut-être, les Noirs ne seraient pas tout à fait comme nous, Le Monde se fend d’un puissant correctif anti-lynchage en citant un autre médecin : « Le fait de vivre en Afrique a joué un rôle bien plus prééminent que l’origine ethnique ou la génétique, dit-il. Il en veut pour preuve que les populations noires meurent de manière disproportionnée en Europe ou aux Etats-Unis, tandis que les Européens, Libanais ou Chinois vivant au Sénégal meurent beaucoup moins que dans leur pays d’origine ». Les voilà sauvés du déshonneur : si c’est purement géographique, qui aurait l’esprit assez mal tourné pour accuser Le Monde de racisme ?

Ce qui est tout à fait remarquable, c’est que dans cette longue méditation sur la prétendue exception sénégalaise, Le Monde ne dit pas un mot du traitement préconisé et mis en œuvre par les autorités de santé. Et pour cause : elles ont préconisé depuis le début l’employer l’hydroxychloroquine associée à l’azithromycine à un stade précoce et elles s’y sont tenues tout au long de l’épidémie. Le Docteur Moussa Seydi, responsable de la prise en charge médicale des malades au Sénégal, explique dans un tweet daté du 6 juin :  « Tous les patients qui ont pris ce traitement au stade précoce sont tous guéris et aucun n’est décédé ». On ne saurait être plus clair.

Pas question pour autant que Le Monde écrive un seul mot en faveur de ce pseudo-traitement promu pour des raisons d’ego personnel par un charlatan conspirationniste de Marseille qui a la langue trop bien pendue et les cheveux beaucoup trop longs. Les Décodeurs du Monde, ces infaillibles fonctionnaires du Ministère de la Vérité, ayant réglé le sort de cette rumeur complotiste aux accents nauséabonds dans une série d’oukases retentissants et définitifs, on n’aura même pas droit à la simple évocation fugace de l’hypothèse selon laquelle peut-être qu’il pourrait éventuellement y avoir, et je dis bien peut-être, une sorte de lien ténu entre les bons résultats obtenus et les médicaments administrés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica