Réformisme radical : L'emblème des candidats

Nous vivons une époque étrange où nos acquis régressent. En droit au nom du terrorisme ; en économie familiale au nom de la crise ; en liberté de conscience au nom du religieux ; en éducation au nom du communautarisme ; en politique au nom des partis. La réponse de ces mêmes partis est la radicalité, qu'elle soit de droite, de gauche ou nationaliste. Cette radicalité est porteuse d'injustices.

Cependant amis de gauche il est fort probable que dans les cas de figures qui s'imposent nous aurons beaucoup, beaucoup, de problèmes. 

Si Mélenchon passe nous aurons le monde contre nous... Le monde des capitalistes s'entend. Donc le monde. La finance, les banques, les multinationales, les places boursières. Nous serons taxés à tort de sales communistes, et notre sort s'apparentera à celui de la Grèce. Moi, je veux bien vivre cette situation, militante jusqu'au bout... Si Mélenchon est honnête, il propose une rupture avec l'ordre des choses. Et cette rupture, mal négociée, peut être extrêmement préjudiciable au pays. 

Si Le Pen passe... Cela sera une horreur. Nous serons apparentés aux nouveaux nazis de l'Europe. Et je ne parle pas des conditions de vies en france pour tous ceux qui ne seront pas à l'image du FN... Bref, ratonades, injustices croissantes et j'en passe. Donc le défoulement des blancs sur tous les gens de couleurs, les homosexuels, les communistes, les anarchsites, les syndicats révolutionnaires... J'ai hâte de voir les futurs programmes scolaires en français, en histoire et en géoographie. Ca sera certaienment édifiant. 

Si Fillon passe. La disette pour tout le monde. Le retour à Germinal pour tous ceux qui gagnent moins de 3000 euros par mois. Le port de la croix et messe tous les dimanches. C'est la victoire des partisans de la manif pour tous, le puritanisme à la française. Cela exacerbera les tensions avec les français musulmans. Entre la pression économique sur les ménages, le travail (plus long), les revenus moindres, et la sumédiatisation clivante des épiphénomènes de banlieue, la mèche s'allumera bien vite, d'autant que les ultras cathos ne sont pas des tendres. 

Enfin, si Hollande passe (J'me marre mais...), il ne se passera rien. rien de plus que ce que nous vivons aujourd'hui. Avec le cours normal, le train train. Cela peut rassurer beaucoup de citoyens que rien ne bouge. Parce que les propositions politiques des autres partis sont tellement hostiles au peuple, à la cohésion de la démocratie et de la République, que cela nous oblige à partir en guerre et non plus faire du militantisme. Ou alors rester à la maison et voter pour péperre H. Car les personnages inquiètent par la puissance de nuisance qu'ils semblent dégager. 

A l'heure où il semble que la France traverse parait il un épisode particulièrement sombre de son identité et de son économie, il semble que pour des gens avertis, il s'agirait non pas de cliver le peuple mais de le réunir. Or c'est précisément ce que ne font pas nos responsables politiques.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.