République cherche President pourri....

République cherche Président pourri…


Je suis une putain de république née en 1920 au Palais des pins à Beyrouth. Ma mère m’a abandonnée au début de ma vingtaine. Mon mariage forcé avec notre voisin a tourné vite au vinaigre. Depuis, au hasard des jours et des circonstances, je suis ballotée entre l’est et l’ouest, pénétrée par le sud, ravagée par le nord. Bientôt, je vais avoir cent ans et je suis veuve.

Je suis à la recherche d’un homme pourri, pourquoi pas un proxénète, pour présider à mon destin. Si vous croyez posséder les qualifications vous permettant de faire un bout de chemin en ma compagnie, je vous prie de bien vouloir répondre à cette annonce. Je peux beaucoup apporter à ceux qui savent m’exploiter. Hommes libres et intègres s’abstenir.

 

 

Chère Mme République,


C’est avec grand intérêt que j’ai pris connaissance de votre annonce que vous avez pris la peine de publier dans les quatre coins du monde. Immense est votre désespoir. Mais pas pour très longtemps.

De tous les candidats que les voisins cherchent à vous présenter, je suis celui qui vous convient le mieux. Je vous garantis un bordel qu’aucun de mes prédécesseurs n’a su animer. J’ai soixante-seize ans et je suis dans les magouilles depuis plus d’un demi-siècle.

Croyez-moi madame, mon CV est chargé de références à toutes sortes d’activités illicitesJ’ai trempé dans les affaires les plus douteuses. Le trafic d’influence, c’est mon domaine. La corruption journalistique aussi. Le commerce d’armes ma grande spécialité. C’est dans la famille. Avec mon beau-père, on touchait les commissions sans même livrer. Vous seriez vraiment fière de moi. Je ne vous laisserai jamais tomber.

Nous aurons une clientèle sélective. Nous inviterons tous les bourreaux de la région à se joindre à nous. Des orgies de larmes et de sang à profusion. D’ailleurs, je suis très proche de notre voisin le boucher. Ensemble, nous avons participé aux massacres de vos enfants.

Non vraiment, faites-moi confiance. Je serai à la hauteur de tes attentes pour diriger le plus grand bordel du monde.

Alors, chère Madame, si ce profil vous convient n’hésitez pas à faire appel à mes services et à me confier votre âme que j’emporterai au diable qui règne en ce moment sur son enfer.

Oh! Pardonnez-moi, j’ai oublié de me présenter. Je suis Jean Obeid.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.