jean-philippe vaz
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 nov. 2018

La Plaine, Noailles même combat

Comment ne pas être en colère après l'effondrement de deux immeubles en plein centre ville de Marseille?

jean-philippe vaz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sommes au lendemain de cette catastrophe qui n'a rien de naturelle et à l'heure où les pompiers et secouristes fouillent encore les décombres des immeubles effondrés à la recherche de survivant(e)s et de victimes, mon émotion est toujours aussi grande ainsi que ma colère...

A deux pas de la Plaine où la mairie, la Soleam, la préfecture de police ont employé les gros moyens (1000 tonnes de murs de béton de 2,50 de haut pour un coût de 390.000€ et l'envoi quotidien de compagnies de CRS-pour quel coût?) pour imposer par la force un projet controversé depuis 3 ans, des immeubles, que ces mêmes autorités savent vétustes, voir inhabitables, se sont effondrés sur les pauvres/précaires vivant dans le quartier de Noailles...

Marseille doit être une sorte d'exception Française (voir Européenne/mondiale), en effet le centre ville n'est pas (encore?) réservé à celles et ceux ayant les moyens et de nombreux quartiers sont populaires, peuplés par des personnes que la mairie souhaiterait voir être "remplacés" par d'autres au pouvoir d'achat plus en phase avec l'idée qu'ils/elles se font de Marseille...

Je vais "mettre les pieds dans le plat"...J'accuse la mairie (et celles et ceux qui y ont un intérêt financier) de laisser sciemment (et cyniquement) ces quartiers se délabrer afin de justifier l'éjection de cette population et son remplacement...

Sur la Plaine, c'est une dizaine d'années de laisser aller de la mairie (entretien de la voirie, des arbres, éclairage, déchets, etc) qui ont précédé ce "fameux" projet de "requalification" à 20 millions d'euros HT (il était annoncé à 11,5 millions au départ), à Noailles c'est "l'institutionnalisation" des marchands de sommeil et/ou de propriétaires n'effectuant aucun travaux (mais encaissant "loyers" et charges) et la gentrification par "petites" touches (la Soleam est maître d'œuvre de l'édification d'un hôtel 4 étoiles jouxtant le petit marché-dernièrement rénové-et les rues adjacentes emplies de commerces à petits prix de nourriture de tous les continents) qui est à l'œuvre...

Si vous vous promenez dans le quartier de Noailles, vous y entendrez tous les idiomes, y verrez toutes les couleurs de peau, respirerez les diverses odeurs d'épices et de nourriture et ce, très proche de "l'aseptisé" Vieux-Port (sur lequel chacun(e) pourra noter l'absence d'arbres par exemple et le peu ou absence d'équipement public-bancs, toilettes, points d'eau)...Cette "tache" (du point de vue de la mairie) que constitue le quartier de Noailles est intolérable, comme l'est la contestation du projet de "requalification" de la Plaine...

A chaque manifestation que nous avons mené depuis 3 ans contre cette "requalification", nous avons entonné un "la Plaine, Noailles, même combat" lorsque nos pas nous menaient à proximité (la Soleam a ses bureaux en face de l'hôtel en cours d'édification) de Noailles et le drame qui vient de toucher ce quartier ne peut être déconnecté de l'immense responsabilité de la mairie quant aux divers drames quotidiens que vivent de nombreuses personnes dans divers quartiers de la ville (certains n'ont plus accès à de l'eau potable depuis des dizaines d'années, par "exemple")...

Ecrire est un exutoire, pour autant ma colère (et celle de nombreuses personnes de Noailles ou d'ailleurs) est immense et ne s'éteindra pas et la mairie (et ses complices) vont payer très cher leurs actes immondes...

Honte à eux...

Résistances...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com