Liberté-Egalité-Fraternité

Chacun(e) peut et pourra à l'occasion des dernières mobilisations (en y participant ou pas) y plaquer sa propre représentation du monde et du moment que nous vivons toutes et tous (à divers degrés/interprétations)...

La France de la révolution n'est plus la même aujourd'hui que celle de 1789, tout comme le contexte mondial est lui-même différent...La République ou plutôt les Républiques Françaises (nous en sommes à 5 à ce jour) n'ont pas le même contenu et ne forment pas un tout, chaque séquence ayant généré la suivante selon "une logique" propre au contexte (et ses rapports de forces) de l'époque concernée...

Pour autant, me semble-t-il, l'utopie Liberté-Egalité-Fraternité dont ces Républiques ont toujours fait leur devise correspond à une aspiration bien plus profonde et "universelle" que leurs tentatives de "traductions" en institutions/fonctionnements de ces Républiques...

Alors "personne" ne se met en mouvement pour défendre une devise, aussi belle et profonde soit-elle et le mouvement "gilets jaunes" n'échappe pas à la "règle" qui veut qu'avant tout "on" se mobilise par rapport à une situation concrète rendant la vie de moins en moins supportable et que les raisons de se révolter sont aussi nombreuses qu'est le mépris de celles et ceux censés nous "gouverner"...

Je vais tenter (dans une "liste" non exhaustive) de lier "tout cela" avec notre devise censée représenter "nos" aspirations...

Liberté: elle se restreint de plus en plus individuellement et collectivement (caméras, fichages, répressions, etc) pour les citoyen(ne)s "lambdas" quand dans le même temps elle devient "totale" pour les représentant(e)s de la domination (culturelle/financière/"politique") qu'incarnent encore plus aujourd'hui que lors des décennies passées, Macron et son monde...La liberté de conscience elle-même est remise en question, ne serait-ce qu'au travers de TINA (There Is No Alternative, il n'y a pas d'alternative), obscurantisme de notre époque...

Egalité: inutile d'insister sur les inégalités (sociales/culturelles) qui se creusent de plus en plus, sur l'égalité en "justice" qui suivant que vous soyez puissant(e) ou misérable..., sur l'égalité homme/femme, etc...Les riches deviennent de plus en plus riches semant la misère (derrière chaque fortune se cachent des crimes) et la destruction..."Plus de pain? Qu'ils mangent de la brioche" nous crient-ils...

Fraternité: elle est conditionnée par "Liberté-Egalité", en est "l'accomplissement", la résultante...Sans cette liberté et cette égalité la société est fracturée en diverses strates se mettant sur la gueule (diviser pour mieux régner) et se "bunkérisant" (guettos de riches, de pauvres, communautarismes, etc) tout en oubliant notre condition commune d'êtres humains vivant sur une seule et même planète...

Je ne tente pas ici d'écrire (décrire?) "de quoi les gilets jaune sont le nom", ni minimiser/grandir ce qui représente pour moi l'expression visible du moment d'une colère légitime et profonde du "peuple", mais ressens intimement le lien avec Liberté-Egalité-Fraternité (c'est un triptyque, raison pour laquelle il y a des traits d'union)...

Alors faut-il changer cette devise (Pétain s'y est essayé, dans un moment de l'histoire où "notre" devise avait encore moins de réalité "concrète") ou essayer de la faire notre en ayant en conscience qu'il s'agit d'une lutte dont "les gilets jaunes" en sont une des expressions?

Les "puissant(e)s" et leurs valets cherchent et chercheront toujours à nous diviser, car ce qu'ils/elles craignent avant tout c'est notre "unité" (dans la diversité) et la force de notre aspiration commune (plus ou moins consciente) pour la JUSTICE...

Résistances et banzaï

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.