Jean-Philippe VEYTIZOUX
Abonné·e de Mediapart

78 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 avr. 2013

A propos du téléfilm sur Georges Guingouin

Jean-Philippe VEYTIZOUX
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je reproduis ici une intervention que j'ai faite dans la file des commentaires au sujet du téléfilm sur le grand résistant du limousin: Georges Guingouin.

Originaire de St-Vitte sur Briance , au pied du Mont Gargan, communiste engagé, j'ai bien évidemment vu le téléfilm sur FR3, je lui trouve une grande qualité mais aussi des défauts et notamment un qui me fait retrouver sur la même "ligne" que sa fille.

La grande qualité est de faire connaître ce grand personnage de la résistance et son action courageuse et méritante. Les moyens du cinéma auraient sans doute permis de relater avec plus de ferveur les combats du Mont Gargan et les scènes de vie du maquis, je ne jetterai pas la pierre à cet endroit là!! On pourra regretter l'absence de répliques en espagnol en direction de quelques réfugiés engagés, ils ont été fort utiles pour l'apprentissage du maniement des armes et aussi lors des combats du Mont Gargan, en tenant en respect un bon moment la colonne allemande à la sortie de La Croisille et permettre aux autres de sortir de la nasse en tiraillant et causant des pertes aux allemands.....mais bon, rien de bien méchant contre la vérité des faits.

Concernant le PCF, où je craignais le pire...j'ai vu le meilleur!! Le trio Mauvais-Duclos-Thorez est bien restitué...et le moins méchant des trois , c'est Thorez. Il est de bon ton d'accabler Thorez (le planqué, le traitre caché à Moscou...); ici, son portrait est plus nuancé, il y a une humanité placide chez Thorez que l'on ne retrouve pas chez Duclos. Le téléfilm laisse à penser que Duclos profite de la maladie de Thorez et de ses absences à Moscou pour flinguer Guingouin, pourquoi pas ?

Le réalisateur fait ici un effort qu'il n'était pas obligé de faire, compte tenu du thème central de son film et compte tenu du manque de nuance traditionnel affiché par les cinéastes lorsqu'il s'agit de dépeindre des cadres communistes en pleine guerre froide et en général d'ailleurs.

Par contre, sur l'histoire locale, ce film ment par omission ou en conscience.

On cache que les pires ennemis de Guingouin furent les dirigeants locaux de la SFIO , derrière le sinistre Le Bail et que les pires articles furent écrits dans Le Populaire; en dénonçant à juste titre les menées d'anciens fonctionnaires vychistes, juges ou policiers, on laisse à penser que la presse dénoncée par le personnage de Rolland Dumas (avocat de Guingouin) est celle de l'extrême-droite, point du tout. En gardant le silence sur cet aspect, on entretient le trouble et le télespectateur identifiant R.Dumas se dit...ah ben tiens, si les communistes ont laché Guingouin, les socialistes l'ont défendu. Le télespectateur est donc entraîné à penser le contraire de la réalité sur un point donc très important du déroulement des évènements!!

L'anticommunisme viscéral de certains cadres socialistes en Limousin connait quelques résurgences, comme l'épisode de Limousin Terre de Gauche a pu récemment le montrer.

Concernant le lachage de Guingouin par le PCF, quelques éléments de précision....pour les candidatures aux législatives, on voit un PCF investissant de soi-disant obscurs pour faire face à G.Guingouin. je ne remets pas en cause le fait que le PCF ait posé des candidatures face à Guingouin....mais voyons le pédigrée des obscurs.

1er obscur....Marcel Paul!!! Héros du Camp de Buchenwald et futur ministre de De Gaulle. 2ème obscur....Alphonse Denis ( et non Etienne Denis!!), fondateur du journal clandestin Valmy, devenu L'Echo et dernier (avec la Marseillaise) quatidien régional communiste ou dans la mouvance communiste.

Dire la vérité sur cet aspect (si elle était connue du réalisateur!!) n'aurait rien retiré au film, le PCF aurait pu y être dénoncé comme manoeuvrant contre Guingouin en faisant monter au créneau un poids lourd .Cela aurait permis de rendre hommage à Alphonse Denis et avec lui à la résistance urbaine de Limoges qui a payé un lourd tribut au commun combat.

Mais, et c'est là mon interrogation, la volonté de mettre en lumière Lou Grand a-t-elle contraint le réalisateur à ces grossiers raccourcis ou bien alors est-ce une volonté délibérée ?

Le silence "scandaleux" pour tout limousin connaisseur de son histoire sur les agissements de la SFIO contre Guingouin se doit d'être expliqué....tiens d'un seul coup, Guingouin n'est plus maire de Limoges, allez savoir pourquoi, le film ne vous apprendra rien à ce sujet .Léon Betoulle , député socialiste ayant voté les pleins pouvoirs à Pétain en 40 conduit une liste et le bat avec le renfort d'une partie de la droite.Le Bail, battu par Guingouin à la Libération ne décolèrera plus jamais.Pour lui Guingouin est doublement coupable, d'être communiste d'abord et de lui avoir fermé l'espace pour conquérir la mairie de Limoges ensuite.

Sans entrer dans les détails, le réalisateur aurait pu , dans la bouche du Grand , faire réference à Betoulle et Le Bail et ne pas instrumentaliser Dumas, pour dédouaner les socialistes locaux.....ils étaient tellement anti-communistes que R.Dumas, lui-même, quitta la SFIO locale et les paroles qu'on lui prête contre l'extrême-droite sont dirigées en fait contre les socialistes, et leur quotidien , le Populaire....la ficelle est un peu grosse non!!

Je suis paradoxalement plus enclin à passer sur le revers de main envers Marcel Paul et Et...Alphonse Denis. Si vous passez à Limoges, venez visiter son Musée de la Résistance, une salle y explique fort bien l'importance des réseaux urbains de Limoges. Le téléfilm, en creux, leur rend un timide hommage dans la scène relatant l'ouverture des prisons et la libération d'un grand nombre de détenus.

Au final, c'est tout de même à regarder, mais si un médiapartien pouvait le soir du débat demander au réalisateur la raison de son oubli des rôles néfastes de Le Bail et Betoule la soirée n'en serait que plus instructive...je ne puis m'y rendre!!

Merci.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille