Odyssee frontalière colombovenezuelienne premier octobre 2015

Je vais vous raconter en détails une expérience personnelle vécue le premier octobre au passage de la frontière entre la Colombie et le Venezuela 

Comme chaque année à la même époque , je rentrais de 6 mois de travail en France ,accompagné de ma femme et de sa petite fille . Toutes les deux sont vénézuéliennes et je possède la double nationalité , je suis installé au Venezuela depuis 21 ans et nous vivons à Merida .  Cela fait maintenant 5 ans que je travaille en France durant 6 mois ( printemps -été ) et que je rentre au Venezuela me reposer les 6 autres mois de l'année.

Je rédige toujours mes billets depuis le Venezuela et chaque fois que je suis écœuré des mensonges propagés par le concert médiatique international ,je vais essayer plus que jamais d'être le plus objectif possible , pardonnez mes fautes d'orthographe et de syntaxe comme mes hispanismes . Cette année , vu la proximité de la Colombie , nous avions décidé de passer par ce pays pour rejoindre la France , et dans ce cas ,c'est par la route que nous passons de San Antonio ( Venezuela ) à Cucuta ( Colombie) pour notre premier vol jusqu'à Bogota . Le voyage aller c'est bien passé ,sans inconvénients  , et trés riche en détails sur ce qui se passe à la frontière depuis longtemps mais exacerbé ces 2 dernières années . Tout d'abord il faut savoir que en Colombie la vie est bien plus chère qu'au Venezuela ( l'essence y est 40 fois plus chère , les aliments et produits d'hygiene corporelle sont 4 voire 5 fois plus onéreux) , en plus les colombiens ne bénéficient pas de systèmes de santé et d´éducation gratuits comme au Venezuela ; en Colombie , les differents gouvernements se sont dediqués a fabriquer des pauvres , il n'existe pas de politiques sociales comme ici .

Au Venezuela , depuis l'arrivée de la révolution bolivarienne en 1998 , le taux de pauvreté est passé de 75% à moins de 22% en 16 ans , le problème ici , c'est l'opposition qui s' évertue à peindre un pays catastrophique en créant plusieurs situations pour pousser le peuple a renverser le régime de Maduro , opposition appuyée et téléguidée par les laboratoires d'intelligence de la CIA qui peut compter sur le concert mediatique national et international pour propager toutes ses stratégies de déstabilisation du régime et essayer de créer ainsi une névrose collective d'angoisse et d'agitation . Une de ces stratégies est de faire disparaître les produits de première nécessité en les accaparant ou en les faisant passer en Colombie où ils seront revendus avec des bénéfices exorbitants , il se crée ainsi des économies parallèles , et il existe une mafia par produit avec un capo en haut de la pyramide et des passeurs de base motorisés qui travaillent sur de petites quantités . Lors de notre voyage aller , nous avons bien vu, dés notre entrée en Colombie ces motos citernes d'essence venezuelienne , un traffic qui depuis la fermeture de la frontière le 20 août  n'existe plus  , ce sont plus de 60 millions de litres d'essence venezuelienne qui ont été économisés . Nous avons bien vu aussi les ventes de papier toilette , shampoings , huiles comestibles ,riz , pâtes , farines de blé et de mais dans les rues du centre de Cucuta , ce n'est pas sorti de notre imagination . 

Une autre stratégie de l'opposition venezuelienne , est de faire appel à des paramilitaires colombiens pour venir au Venezuela perpétrer des attentats , des assassinats , et appuyer des mouvements de sédition pour déstabiliser le régime de Maduro . Hier , le président Maduro ,a un an de  l'assassinat du trés jeune et brillant député socialiste Robert Serra et de sa compagne affirmait qu'il y avait des preuves identifiant clairement l'ex président colombien Uribe comme l'auteur intellectuel de ce lâche et barbare double homicide . Il y a 12 coupables ,la majorité sont des paraco envoyés par le fasciste narcotraffiquant  Alvaro Uribe Velez . Ces paraco ( paramilitaires colombiens ) passaient tranquillement d.un pays à l'autre accueillis chaleureusement ici par les oppositeurs venezueliens qui leur fournissaient logistique  ,armes et intendance . Pendant la sédition a Merida l'an dernier  , des familles d'opposition les accueillerent chez eux où ils purent meme compter sur de véritables unités sanitaires de campagne .

Ce qui a entraine la décision de fermer la frontière de forme indéfinie fut le lâche assassinat d' une patrouille de militaires venezueliens non loin de la Colombie le 19 août , dès le lendemain Maduro annonçait sa décision au pays . Quelques jours après , il  s'etablit un couloir humanitaire pour permettre le passage dans les 2 sens d'étudiants , travailleurs  , voyageurs mais à pied  pas de véhicule sur le pont qui sépare les 2 pays . Comme nous expliquait le chauffeur de taxi qui nous ammenait au bureau de migration colombien depuis l'aeroport de Cucuta , la situation change en permanence selon le jour où le moment de la journée , il ya des jours la Colombie ne laisse sortir personne , parfois tout le monde peut sortir sans problèmes , cela change selon la situation sociale dans les rues de Cucuta . En effet , il faut bien comprendre que côté colombien , la fermeture  frontalière a occasioné une véritable débâcle économique les petits contrebandiers ( les plus pauvres bien sûr) se retrouvent au chômage , beaucoup de commerces mettent la clé sous la porte , le chaos social est énorme , le gouvernement de Santos est dépassé , il faut calmer par la force ces chômeurs qui manifestent tous les jours souvent violemment . 

Imaginez cher lecteur , que a Cucuta a midi  , il fait 39 degrés et le soleil pique dur , c'est cette heure la que nous avions choisie pour nous rendre au bureau de migration colombien , selon notre chauffeur la meilleure heure !! Il est en effet obligatoire d'avoir son tampon de sortie du pays pour prétendre sortir . En temps normal , les habitants des 2 pays échappent à ces formalités pour un déplacement de un ou deux jours .Notre Odyssee commence donc là où nous laisse notre chauffeur a 50 mètres du fameux bureau , et croyez-moi ,se retrouver avec 3 bagages de 23 kgs chacun , plus un sac à dos de 15 kgs et 2 petites valises de 12 kgs  sous cette chappe de plomb ce n'est pas evident ; nous nous rendimes compte vite fait que les contrebandiers s'etaient reconvertis en passeurs .  Une d'eux munie d'un diable tropical ne tarda pas à nous offrir ses services et de nous amener comme cela jusqu'à la moitié du pont ou attendent les autorités vénézuéliennes pour 10000 pesos , ensuite , s'est approché un passeur plus gradé et surtout bien branché avec les gardes colombiens pour nous faire passer pour 30000 pesos . Il faut que j'explique bien que la garde colombienne fait attendre pendant des heures ceux qui n'ont pas les moyens de payer , conséquence en 2 heures de périple , j'ai vu des ambulances , coups de chaleur , déshydratations ( on trouve de l'eau mais très chère ) 

Ici on retrouve une mafia de passeurs avec corruption de fonctionnaires colombiens qui se remplissent bien les poches comme avant avec les contibutions des contrebandiers pour acheter leur silence . Quand finalement on arrive à la moitié du pont avec les fonctionnaires venezueliens , on est bien reçu à condition d'avoir son tampon de sortie mais là, la passeuse s'en va , et on se charge les valises dans un bus qui nous amène à San Antonio pour 40 mètres en marche arrière !!!! L'organisation venezuelienne est terrible , on attend beaucoup , là aussi , nous avons vus ambulances et pompiers . Quand enfin vous êtes à San Antonio le plus dur reste à faire , le bus retourne donc en marche avant !!! Et il vous reste un bon 100 mètres à faire jusqu'a un camion scanner de bagages ( du jamais vu !!!). Évidemment après le scanner. , on vous avait  promis un taxi , oui  bien sur , après un bon  50  mètres , un  chauffeur vous  conduit à l'immigration venezuelienne pour le tampon d'entree au pays bien sur 

Et la , c'est reparti ,file d'attente une heure , puis c'est fini ,enfin je ne le crois toujours pas

Elle était courte et bonne non !!! Mais vraie je le jure

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.