Situation à Merida et au Venezuela , premiers bilans en chiffres

La situation au Venezuela s'améliore à vitesse venezuelienne ; hier vendredi 18 mars , le président Maduro lors d'une conférence de presse au palais de Miraflores annonçait l'echec du coup d'etat  et etablissait un premier bilan en présence de 36 journalistes nationaux et internationaux , de quelques familles de victimes,  des petits fils de Zapata, Aliende , Pancho Villa et de quelques ministres du gouvernement .                               Seulement 2 communes sont encore victimes de séditieux dans quelques quartiers; la forme de combattre ces émeutes et attaques violentes à institutions à changé déclara Maduro .  À san Cristobal, et à Valence du matériel à usage terroriste à été découvert par les forces de l'ordre et des séditieux paramilitaires ont été arretes .  Maduro assurait que tous termineraient derrière les barreaux et que dans les cas d'homicides , lors d'une prochaine conférence de presse , la vérité sera présentée sans rien cacher et cas par cas. Il donna aussi un compte rendu des diverses réunions et conférences nationales pour la paix tenues dans les divers secteurs économique , agricole ,sécurité  etc .....

 

                                                                          LE BILAN HUMAIN DE LA SÉDITION 

Depuis le 12 février ont été pratiquées 1529 arrestations de séditieux très violents , aujourd'hui  seulement 105  sujets sont privés de liberté (6%). Ils ont été arrêtés en flagrant délit pour la majorité d'entre eux , les autres ont été relâchés avec un régime de présentation mensuel . Des 1529 arrestations seulement un tiers est estudiantin.  Le groupe de séditieux paramilitaires est composé de deux à trois mille personnes actives dans tout le pays , ils ont bénéficié de la complicité de certains maires élus en décembre passé tous pour l'opposition et également dans certains cas de l'appui de la police municipale .                                                                                                                                                                                          Ces séditieux etaient payés de forme hebdomadaire et dans les quartiers où  ils sévissaient ( quartiers où l'opposition vénézuélienne est majoritaire ) ont bénéficié de l'aide logistique des habitants pour monter des barricades, se nourrir , dormir, se soigner, et se cacher bien sur .  Maintenant dans les quelques quartiers encore assiégés pour les remercier ils leur font payer un péage pour entrer et sortir de chez eux!!!!             Le gouvernement estime à 500 les actes violents perpétrés à bâtiments , unités de transport public et personnes depuis le début de ce cauchemar.    28 morts depuis le 12 février dont 3 gardes nationaux et 68 blessés de la garde nationale .  Des 105 détenus seulement 21 fonctionnaires de l'ordre public pour abus de la force seront jugés .  Une des seules chaînes de télévision d'etat VTV a supporté ces attaques violentes à ses installations et à son personnel durant une semaine .

                                                                                  LA PAIX ET L'OPPOSITION

Tout d'abord sachez que les réunions et conférences pour la paix proposées par Maduro pour lutter contre l'insecurité ont commencé juste avant que ne commencent ces tristes événements .                                                                                                                                                                     Sachez aussi que la fameuse MUD qui représente l'opposition se refuse toujours à participer à ces négociations de paix ainsi que les étudiants d'opposition d'ailleurs pourtant encore  invités hier par le président.                                                                                                                             Pour être plus clair voici un an que le restaurant universitaire de l'université centrale de Venezuela à Caracas( université privée à très forte majorité d'étudiants de l'opposition)  ne fonctionne pas et dans ces nombreuses marches estudiantines pacifiques ( à leur début) personne proteste pour cette raison .                                                                                                                                                                                                                  Ces étudiants non plus ne sortent pas à manifester pour la parité du vote aux élections universitaires ou pourtant le vote d'un professeur vaut 40 ou 50 votes estudiantins .

                                                                                LA SITUATION A MERIDA

Seulement 2 avenues principales de la ville comptent encore de la présence de barricades , notre quartier de la pedregosa est enfin libéré mais toujours pas de transport en commun pour nos riverains . La vie normale petit à petit reprend son train en cette fin d´été tropical.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.