L'amour, l'amour, l'amour avec madame de Villedieu!

Une écrivaine à redécouvrir: Marie-Catherine Desjardins: elle n'a pas froid aux yeux!

Marie-Catherine Desjardins, dite Mme de Villedieu (1640-1687).

Fille d’un couple au service des Rohan-Montbazon, elle devient poétesse, dramaturge et romancière. Toute jeune, elle connaître la séparation de ses parents. Elle monte à Paris où son esprit brillant lui permet  de rencontrer et de séduire, à 18 ans, Antoine de Boësset, sieur de Villedieu, fils d’un musicien de Louis XIII. Leur liaison agitée est célébrée par Marie-Catherine dans un sonnet audacieux :

Jouissance

Aujourd'hui dans tes bras j'ai demeuré pâmée,

Aujourd'hui, cher Tirsis, ton amoureuse ardeur

Triomphe impunément de toute ma pudeur

Et je cède aux transports dont mon âme est charmée.

 

Ta flamme et ton respect m'ont enfin désarmée ;

Dans nos embrassements, je mets tout mon bonheur

Et je ne connais plus de vertu ni d'honneur

Puisque j'aime Tirsis et que j'en suis aimée.

 

O vous, faibles esprits, qui ne connaissez pas

Les plaisirs les plus doux que l'on goûte ici-bas,

Apprenez les transports dont mon âme est ravie !

 

Une douce langueur m'ôte le sentiment,

Je meurs entre les bras de mon fidèle Amant,

Et c'est dans cette mort que je trouve la vie.

 

Une promesse de mariage est signée entre les deux amants en  1664, mais c’est la rupture en  1667 et son amant meurt au siège de Lille. Avec cette promesse, et l’accord de la belle famille, Marie Catherine va se faire appeler « de Villedieu ». Dès lors, sa carrière d’auteure va débute

Madame de Villedieu © Jean-Pierre Boudet Madame de Villedieu © Jean-Pierre Boudet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.