La vaccination ne progresse pas, elle recule !

L'intensité de la communication gouvernementale sur la vaccination est telle que l'on pourrait s'y laisser prendre : les medias lui emboitent le pas, ils se sont installés devant les vaccinodromes dont le gouvernement fait aujourd'hui son arme secrète. Mais qu'en est-il en réalité du nombre de vaccinés ? Il augmente depuis février, mais par à-coups, et il recule même fortement depuis le 29 mars.

Au lieu de se précipiter pour interviewer les personnes qui attendent leur tour au stade de France, les medias feraient mieux de jeter un oeil sur les données qu'ils se garagarisent d'actualiser "en temps réel".

Ils pourraient y trouver des chiffres qui parlent d'eux-mêmes (moyenne glissante sur 7 jours du lundi au lundi, chiffres publiés sur le site du Monde) :

Semaine du 15 au 22 février : 40 536 vaccinés

Semaine du 22 février au 1er mars : 62 069 vaccinés

Semaine du 1er au 8 mars : 140 502 vaccinés

Semaine du 8 au 15 mars :  185 210 vaccinés

Semaine du 15 au 22 mars : 148 462 vaccinés

Semaine du 22 au 29 mars : 230 393 vaccinés

Semaine du 29 mars au 5 avril : 187 716 vaccinés

Commençons par établir les faits avant de s'emballer pour les miracles de la com : la montée en puissance de la vaccination est lente, elle passe par des hauts et des bas, et si accélération il y a, elle reste à démontrer.

On peut juste espérer qu'il s'agit de retards au démarrage et que l'envol va enfin se produire car, pour atteindre l'immunité collective promise pour le 14 juillet, il faudrait vacciner 500 000 personnes par jour et on en est très loin (et même de plus en plus loin).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.