Madoff , le Mandrin de la globalisation financière

Bernard Madoff vient d'être condamné à une peine de 150 années de prison.

A la suite de cette sentence le New-York Times publie la liste d'au moins 12920 clients de B. Madoff sur le site:

 

http://projects.nytimes.com/madoff/search

A la lecture de cette listes je trouve que Madoff comme Mandrin mais sans armée ne s'est finalement attaqué qu'aux portefeuilles et aux comptes bancaires des superriches. A aucun moment il n'a pris un "cent" aux ouvriers licenciés de General Motors ou de Chrysler à Detroit, aux fermiers modestes des plaines de l'Oklahoma, aux "petits blancs" des cités minières du Tennessee ou aux pauvres familles noires du Mississipi ou de l'Alabama. Il n'a pas non plus à ma connaissance spéculé sur les propriétés des sinistrés de la Nouvelle-Orleans.

A 95% ses clients sont de riches ( très riches particuliers), des fonds de pension ou d'investissement, des firmes de consultants en management, ou des compagnies d'assurance. Avec des adresses qui font rêver la jet-set internationale des affaires.

Ils sont en effet concentrés dans le Tri -States ( Etats de New-York, New-Jersey et Connecticut) zone à fort concentration de sièges sociaux de multinationales, en Floride, en Californie( Palm Beach et Santa Monica bien sûr), dans les riches ports du Massachussets, à Hong Kong, et un bon nombre dans les Iles Caïman, et les Iles Vierges Britanniques.

Nous sommes bien loin des cités ouvrières de Detroit, de Cleveland ou de Pittsburgh, des plaines du Wyoming ou de Billings dans le Montana où le chômage touche 19% de la population.

Alors Madoff super héros et bienfaiteur de l'humanité? En comparaison avec certains voyous banquiers ( nous avons les nôtres ou devrais-je dire le nôtre),industriels casseurs d'emplois et d'outils de travail qui eux ne s'en prennent qu'aux plus faibles, on peut effectivement penser que Madoff fut un bienfaiteur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.