De WikiLeaks à EULeaks en passant par FrenchLeaks

Après WikiLeaks, ONG fondée en 2006 qui a révélé de nombreuses « fuites » d'information, d'autres initiatives sont nées pour recueillir des informations de manière anonyme et sécurisée.

Vous connaissez sûrement WikiLeaks, ONG fondée en 2006 qui a révélé de nombreuses « fuites » d'information comme cette vidéo de 2010 qui montrait des soldats américains ouvrant le feu sur des civils irakiens depuis un hélicoptère en 2007. Les révélations de Wikileaks continuent d'être reprises et analysées par de nombreux médias dans le monde comme les mails du directeur de campagne de Hillary Clinton ou les derniers documents sur Tisa (Trade in Services Agreement), l’accord sur le commerce des services.

Depuis, de nombreuses initiatives sont nées pour recueillir des informations de manière anonyme et sécurisée. La dernière en date s'appelle EULeaks, lancée par les élus Verts au parlement européen qui critiquent l'opacité de la Commission européenne et espèrent donc récupérer des documents jugés d’intérêt public. Ils ont choisi de proposer un lien internet à intégrer dans le navigateur internet Tor Browser - pour surfer sur le réseau informatique mondial et décentralisé Tor - et qui permet d'envoyer des fichiers anonymement et de protéger ainsi les futurs lanceurs d'alerte.

En Mai 2016, c'est Greenpeace qui a récupéré  248 pages de négociations secrètes menées entre les États-Unis et l'Union européenne sur le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP) que l'ONG a publié sur le site « ttip-leaks.org » : appellation d'origines contrôlées (parmesan, vins) et OGM au menu !

Et en 2011, Mediapart avait lancé Frenchleaks, pour permettre « à des sources de nous transmettre, en toute sécurité et confidentialité, des documents d'intérêt public qui seront mis en ligne après une enquête préalable répondant aux règles professionnelles du journalisme ». En 2015, Mediapart a reçu à travers Frenchleaks des documents issus de la préfecture de Seine-Saint-Denis dont une liste des perquisitions administratives menées dans le 93 sous l’État d’urgence. Les journalistes parlent «  d'une certaine confusion des objectifs et un maigre bilan au regard des forces mobilisées et du nombre de portes enfoncées ». Intéressant non ? Alors, que la « fuite » soit !

PS : rendez-vous la semaine prochaine pour d'autres initiatives. Clin d'œil

EULeaks EULeaks

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.