Reflets, journal d’opinions et Hackjournalisme

Le site Reflets est créé en 2010 par le journaliste Antoine Champagne (alias Kitetoa) et Olivier Laurelli (alias Bluetouff, bloggeur et informaticien).

En Mai 2011, Reflets publie son premier article sur la société Amesys, société française de sécurité informatique spécialisée dans les technologies de surveillance. Des enquêtes (du Wall Street Journal  entre autres) ont ensuite établi qu'Amesys avait vendu son produit EAGLE à la Libye de Kadhafi. Cette technologie a été utilisée pour surveiller, traquer et torturer des opposantsau régime de l’époque. Une enquête visant Amesys pour complicité de torture en Libye est d'ailleurs toujours en cours suite à une plainte déposée par la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) et de la Ligue des droits de l'homme (LDH).

En août 2011, Reflets détaille dans une série d'articles « les mécanismes utilisés par le régime syrien pour bloquer des sites ou encore, forcer des connexions non sécurisées sur les réseaux sociaux afin de pouvoir mieux contrôler la population et tout ceci avec la complicité d’une entreprise américaine, BlueCoat ».

En Mai 2014, le site Mediapart publie une enquête de Reflets sur Qosmos, une société française spécialisée dans la technologie de surveillance comme Amesys. La société Qosmos, fournisseur en matériel de la Syrie d'al-Assad est d'ailleurs visée par une information judiciaire pour « complicité d'actes de torture » suite à une plainte déposée par la FIDH et la LDH.

Le site propose aussi des émissions « Radio Reflets » en direct et la dernière émission après les attentats de novembre dernier s'intitulait : « Comment la Démocratie peut/doit réagir aux événements actuels ? » avec comme invités Alain Gresh d'Orient XXI, Edwy Plenel de Mediapart, Serge Portelli magistrat et membre du syndicat de la magistrature.

Reflets est un journal sans publicité entièrement financé par ses lecteurs avec des articles en accès libre.

https://reflets.info/

Reflets Reflets

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.