du petit fils du docker

 

 

Madame lacandidate, Monsieur le candidat à la présidence de la république

 

l’avocatFrancois Mitterrand, candidat en son temps, s’est prononcé pour l’abolition dela peine de mort.
à votre tour prenez modèle sur cet homme. Faites le, ensemble, ou pas, modestement ou pas,mais au niveau voulu par les temps d’aujourd’hui.

Prononcez-vous pour l’abolition des dividendes dansles entreprises de service publics.

Ces entreprises sont en réalité entièrementfinancées par la population qui en a un besoin vital.

(eau, gaz,électricité, santé, transports, autoroutes, enseignements, sécurité publique,etc....)
De ce fait, la distribution de dividendes ne correspond à aucun risquefinancier dont le dividende est la contrepartie.

Sans risque réellement assumé, les prétendus propriétaires gens qui s'enrichissent sans cause ni soucis démocratique, et se

font en bonus, créanciers d’Etats soigneusement dépouillés.

 

 


Il s’agit par conséquent d'un mensonge tû, d’une sorte de vol organisé. De vol en réunion, commis

aux dépends d’une population trompée par des dirigeants économiques

cyniques et hypocrites .

 

 

 

 

 

 


Une population qui se trouve enfermée, en état de faiblesse en France, enEurope et partout ailleurs.
Nombre d’anciens camarades d’école à HEC, Science Po ENA, ou ailleurs ont appris etsavent très bien cette règle, mais la taisent.

 

Ceci me renvoie au vieux privilège des colombiers, si fort prisé autrefois enpays de Caux :

le paysan sème le blé.

Les colombes du colombier senourrissent de blé,

le majordome et ses adjoints du chateau se nourrissent de colombes,

tandis que leschâtelains se réjouissent dechasse.


Chacun sait pourtant que la restauration d’un pouvoir d’achat plus égalitaireest la condition incontournable au rétablissement

d’une vie économique,écologique et sociale apaisée, accompagnée d’une circulation monétaireéquilibrée.



Simple et claire à rédiger, rappelons la jurisprudence del’abolition des privilèges :

19 février 1791 Suppression des droits d'octroi et d'entrée à partir du 1er mai 1791
20 mars 1791 abolition de la Ferme et de la régie générale; les baux ettraités les concernant sont annulés.


Jean-Pierre Hauguel
HEC66

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.