Comment sortir du confinement et du Moyen Âge?

Ce confinement est une atteinte aux libertés et un procédé du moyen âge qui n’est devenu nécessaire hélas qu’à cause de l'impéritie de nos gouvernants et du système politique, économique et social productiviste qui a mis à plat le système de santé performant que nous avions.

UN CONFINEMENT MOYENÂGEUX
Face à un virus peu dangereux pour la grande majorité mais virulent pour quelques uns la dialectique politique se doit d'articuler cinq objectifs prioritaires :
- Étaler la vague pour ne pas encombrer les services sanitaires.
- Permettre et préparer une immunité de groupe progressive.
- Protéger les plus faibles.
- Préserver autant que faire se peut les libertés.
- Poursuivre la vie sociale en la conditionnant aux objectifs précédents.

Or nous ne dépistons toujours pas les plus vulnérables et les plus exposés et nous confinons la majorité de la population ! Façon de ralentir l’épidémie mais au risque d’un rebond de vague faute d’immunité de groupe, au risque d’un confinement qui s’éternise, à la réalité d’une grave crise économique, politique et sociale liée au blocage de l’activité et d’une dette abyssale à venir.
Tout au contraire il convient de dépister au maximum et en ciblant et de confiner seuls les testés positifs et les Hepad.
Constatant les manques de masques, de gels, de pailles, de tests, de respirateurs, de surblouzes, de lunettes, de personnel, de lits, les autorités responsables de cette situation l’ont empiré en choisissant le confinement général comme pis-aller.
Le manque de tests est emblématique de ce naufrage : alors que la Corée du Sud, Hong Kong, Taiwan, Singapour en faisaient la priorité absolue, et alors que l’OMS le recommandé avec insistance, nous avons été dépassés. En un temps record la Corée du Sud, pays très libéral mais très démocratique, a prouvé que des tests systématiques sont possibles, pour autant qu’on en fasse une priorité sanitaire.
Constatons que le confinement est l’aboutissement et l’aveu d’échec d’une politique et qu’il met en difficulté et en retard la protection par l’immunité de groupe.
Constatons que les taux de décès de pays comparables non confinés, Allemagne, Autriche, Suède, sont nettement inférieurs aux pays européens confinés.
Constatons de mauvaises décisions sanitaires, comme celle d’enfermer ensemble des porteurs contagieux et des personnes à risque et de mauvaises décisions politiques consistant à bloquer le pays.
Constatons surtout l’absence de PERSONNEL POLITIQUE COMPÉTENT et d'UNE DÉMOCRATIE VIVANTE.
En Esprits Libres nous respectons le confinement mais nous le condamnons politiquement.

L’ATTEINTE AUX LIBERTÉS
Pas de bicyclette, pas de course à pieds, par de marches à plus d’un km, pas de balade en bord de mer, pas de balade en forêts, pas de résidences secondaires, fermeture de jardins publics, confinement généralisé, blocage général, fermeture administrative de commerces et même des librairies…
Le délire les prend pour masquer leurs manques quand il s’agirait de LIMITER, de MESURER et de CONTRÔLER démocratiquement les décisions des pouvoirs publics par le mécanisme démocratique des contre pouvoirs afin que les mesures restent PROPORTIONNÉES ! Et la foule se vautrant dans la servitude volontaire fait du zèle et en redemande. Croyant jouer les héros, ils jouent les fossoyeurs de notre bien le plus cher.

LE VIRUS EST UN EFFET
En outre ce n'est pas la médecine ou un vaccin qui va nous sauver, et les médecins qui font leur travail ne sont pas des héros mais des victimes. Ce n'est pas la production en abondance de médicaments, masques, gels etc. qui va nous sauver mais un système politique différent qui s'en prendra aux causes de nos maladies.
Car il faut savoir raison garder. 550 000 européens décèdent chaque année des particules fines et on n’en parle pas alors que ce virus bien moins mortel déstabilise tout ! Parlons donc d’obésité, de misère, de tabagisme…
Virus qui a été plus capable que nous d’arrêter ce système productiviste pourri, qui a été capable de diminuer drastiquement les gaz à effet de serre et qui lutte à sa façon contre la surpopulation.
Virus démon et "en même temps" esprit libre en quelque sorte…

BAS LES MASQUES. Président vu à la télé.
Ce monde se révèle pour ce qu'il est, tellement mis à nu qu'il lui faut se masquer.
C’est pas pour dire mais c’était genre « ce n’est pas parce que l’on à rien à dire qu’il faut fermer… »
Pierre Dac disait : «  Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir ».
À l’entendre nous serions revenus « en temps de paix » quand, lors de sa dernière allocution, nous étions, répété six fois, « en temps de guerre ». En monarchie le président n’ayant pas besoin du Parlement pour déclarer la guerre il semble qu’il puisse aussi déclarer la paix.
Président de l’arrêt public en masques.         
Et nous serions figés dans l’ « unité nationale », comme en 14, ça va de soi.
Faut dire que nous partagerions tous « une certaine idée de la France » façon d’en rester au niveau général… et rendez-vous au 11 mai pour faire ce qui leur plaît.
Bien sûr pas de politique entre nous. Pour la démocratie on en reparlera. Pour la misère on en entendra parler, pour l'Europe qui c'est celle-là et pour jouer au con finement, on s’aperçoit que l’art est difficile. Avec l'inquiétant couplet "{j'ai changé}" preuve de "{je ne change rien}".
En attendant on se prend un mois ferme.
Joli mois de mai, ne comptez pas sur Les Esprits Libres pour la fermer.

QUELLE LEVÉE DU CONFINEMENT ?
Avec hélas seulement 2 à 5% de la population immunisée la sortie exige de contenir l’épidémie afin d’éviter une deuxième vague submergeant les hôpitaux.
Des modèles existent : Hong Kong, Singapour, Corée du Sud, Japon, Taïwan. Pays qui n’ont pas fermé les écoles et commerces. Ils ont interdit les rassemblements, développé une distanciation sociale volontaire de civisme. Ils ont testé massivement, tracé et isolé les cas positifs mis en quarantaine dans les hôtels. Sans confinement et sans les méthodes autoritaires de la Chine, la Corée du Sud pratique des dépistages massifs et le traçage systématique des contaminés en limitant au maximum les atteintes à la vie privée. Ses hôpitaux ne sont pas débordés.
A contrario France et Royaume Uni ont du retard pour les tests, loin derrière Allemagne et Italie.
TESTER largement, TRACER et ISOLER les cas positifs.
Tester les cas symptomatiques, tracer et tester l’entourage des positifs, les personnes vivant ou travaillant dans des milieux collectifs fermés, les personnels soignants, les suspicions d’infection dans les Ehpad et établissements médicaux sociaux. Isoler dans les hôtels en dehors du domicile familial.

QUELLE DISTANCIATION SOCIALE ?
Ce confinement est une foutaise bien que rendu nécessaire par l'impéritie de nos gouvernants et forces politique, en fait de notre système. On ne joue pas au con finement. Comment en sortir ? Pas brusquement, pas comme nous y sommes hélas entrés !
Par exemple, en plus des masques, s'embrasser et se serrer la main pourrait parfaitement être prohibés un temps dans l'espace public et surtout la tragique et insuffisante, dans l'état actuel de nos connaissances, distanciation de 1m pourrait être portée à 1,5m minimum comme en Allemagne, sauf nécessité.
C'est ainsi que dans les commerces, marchés, salles de classe, restaurants, cinémas, spectacles, salles de sport, queues, transports, travail, marcher dans la rue etc, tout se ferait en quinconces et à 1,5m au moins.
Exemple d’une place sur deux disponible au cinéma, personne devant derrière et à coté, idem en classe, une table sur deux au restaurant avec quotas de clients dans la salle en fonction du volume et tables allongées avec vis à vis à 1,5m en face.
Entrée sur le territoire après test ou confinement seulement.
Internet volontaire peut aider pour le traçage du dépistage mais en veillant aux libertés.
Il conviendrait de réduire drastiquement le temps de travail de tous pour cesser la surproduction et d’étaler les heures de pointe en étalant toutes les ouvertures et embauches. Rien d’important n’ouvrirait aux heures piles mais on s’alignerait sur les quarts et demies heures.
Confinement total des Ehpad, personnel compris sur la base du volontariat. Des volontaires testés non porteurs passeraient une quinzaine dans l'Ehpad sans sortir puis auraient une quinzaine de vacances.

En gros cela revient à reprendre toutes les activités mais À MOITIÉ environ. On se rendrait compte que ce rythme est suffisant et bon pour notre santé et la vie sur la planète...
De telles mesures adaptées à chaque cas de façon précise et homéopathique auraient permis d'éviter le confinement si elles avaient été prises bien en amont et pourraient entrer en vigueur dés aujourd'hui de façon progressive

Cela dit sans Revenu Citoyen et sans réduction lié du temps de travail tout cela semble difficile car les plus pauvres restent vulnérables.
Le tout ou rien est absurde et l'éducation civique doit remplacer la peur. 
La fausse "solidarité" et toutes les notions bien pensantes de bonne conscience n'ont aucune valeur et seul le calcul froid, cynique et conséquencialiste vaut.


LES CAUSES ET EFFETS À TRAITER

Le dérèglement climatique,
la dégradation de nos espaces naturels,
la déforestation,
la production et l’invasion plastique,

la surpopulation,
la misère (8 millions et demi de pauvres en France) et dans le monde,
820 millions d'affamés dans le monde,
2,2 milliards sans eau potable,
3 milliards sans eau et savon face au virus,
le mal logement,
les inégalités de richesses,
la propriété spéculative ou d'abondance,
l'héritage,
la fiscalité inique, les niches fiscales,

l'absence d'éducation, des femmes en particulier,
l'oppression des femmes, les mariages forcés,
la fiscalité favorable aux mariés,
l'obscurantisme des religions et le cléricalisme,
le communautarisme,
les institutions scolaires privées et confessionnelles,
la charité,

la surabondance d'animaux domestiques,
le braconnage,
le trafic d'animaux sauvages,
l'élevage intensif,
la consommation et la dispersion d'animaux exotiques,
la trop grande consommation de viande,
la pêche industrielle,
la corrida,

la prohibition des drogues
celle de la prostitution
l'inhumanité du système pénitentiaire,

le surarmement,
les ventes d’armes aux dictatures,
l’impréparation en cas d’attaque atomique ou d’accident nucléaire,

le productivisme,
la surproduction,
la monoculture,
les pesticides,
l'agriculture productiviste,
le gaspillage,
la cupidité,
la vitesse, la compétition, le sport professionnel,

l'accumulation,
l'obsolescence,
la publicité invasive, abusive et mensongère,
les vols aériens abondants à bas prix,
le tourisme de masse,
la délocalisation de la production,
les gafas et multinationales,
le pouvoir des banques, assurances et fonds de pensions,
la densification urbaine,
la désertification rurale,

l'absence de démocratie vivante représentative...
les référendums,
le mandat impératif, le mandat révocable,
le centralisme, le jacobinisme,
l'autocratisme, monarchie présidentialiste en France,
les dictatures,
le terrorisme,
le colonialisme,
l'impérialisme,

l'argent en politique,
la presse publicitaire,
la télé poubelle, la télé réalité, le showbiz,
l'information en continu, la sur information,
la dette,
la disparition et la privatisation des services publics,
la vulgarité,
le franglais et l'affaiblissement des langues,
la dépendance aux images et au virtuel,
les réseaux sociaux à présence publicitaire,
notre exposition aux virus informatiques,
le harcèlement téléphonique,
le pillage des données personnelles,
le bruit,

les particules fines,
l'obésité et la malbouffe, les plats préparés, les sodas sucrés,
la grande distribution, l'alimentation non bio,
le tabagisme,
le stress,
la sédentarité,
le manque de sommeil,
l'abus de médicaments,
les trusts pharmaceutiques,
les perturbateurs endocriniens,
les causes des maladies cardio-vasculaires, du diabète, du cancer, des syndromes métaboliques, des maladies auto-immunes, neurodégénératives et psychiatriques,

 et quelques autres bricoles…

 Pour chacune de ces causes ou effets à traiter posez vous la question :
NOTRE SYSTÈME ET SON PERSONNEL EST IL EN MESURE ET CAPABLE DE TRAITER ?
Poser la question c’est y répondre…
Et demandez vous qui peut mieux le faire que les Esprits Libres et leurs alliés écologistes, fédéralistes, démocrates et distributistes.
Et rassurez vous car face à ces dangers nous pouvons opposer l'inverse, le BIEN VIVRE.

PAR OÛ COMMENCER ?
Il s'agit de commencer par les institutions et la fiscalité sinon c'est vain. 
SEULS LES ESPRITS LIBRES LE PROPOSENT  dans cet ordre, le seul efficace!
Pour une DÉMOCRATIE VIVANTE avec un AUTRE MODE DE SCRUTIN et
Pour une FISCALITÉ D'UTILITÉ PUBLIQUE avec REVENU CITOYEN de 1000€ par mois pour tous les citoyens.
Alors et alors seulement cette liste de problèmes commencera à être traitée. Si l'on prétend régler tel ou tel problème avant le problème institutionnel, les mêmes causes produiront les mêmes effets, et si nous avons tout à coup une santé en meilleur état face à un virus ce n'est pas ce qui nous donnera un air pur, moins de médicaments consommés ou moins de cléricalisme par exemple...
Il nous faut une démocratie qui produise en permanence des décisions de bien vivre et de bien commun.
Et pour commencer
une réforme du mode de scrutin paritaire, proportionnelle intégrale à 75% et majoritaire pour 25%,
la primauté de la législative et la suppression de la présidentielle et de la monarchie présidentialiste,
un régime parlementaire primo-ministériel et un président simple arbitre.
Les choses pourraient avancer très vite par exemple à partir des résultats de la convention citoyenne sur le climat, évènement majeur de notre démocratie, qui pourrait marquer un tournant vers une nouvelle République.
Tout le monde peut se rendre compte que de telles conventions sont possibles, efficaces et nécessaires et les démocrates peuvent adopter enfin notre proposition de doubler les assemblées d’élus par des assemblées citoyennes permanentes, tirées au sort. Les populistes eux vont répondre en proposant de soumettre à référendum les résultats de la convention! 
Là s’ouvrira le débat entre démocrates qui veulent régénérer la démocratie représentative et délibérative et les populistes qui veulent jeter le bébé démocratique et représentatif avec l'eau du bain sale de la 5ème République.
En un mot, et plus que jamais, ne vous contentez pas de voter écologiste, soyez des Esprits Libres écologistes, fédéralistes, distributistes, pour la 6ème République de démocratie vivante, pour le Revenu Citoyen et la fiscalité d’utilité publique et pour l’Europe fédérale.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.