Jean-Pierre Roche
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mai 2016

Lettre ouverte à Nuit Debout

Jean-Pierre Roche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Soyons des Esprits Libres,
Lettre ouverte à Nuit debout.

Comme dit la chanson de Renaud : « C'est quand qu'on va où ? ».
La colère est un affect négatif, autodestructeur. Il ne s’agit pas seulement de contester ou de s’indigner mais il s'agit de proposer une politique positive pour le BIEN VIVRE COMMUN et la DÉMOCRATIE VIVANTE.
Que voulons-nous et comment le mettre en œuvre ? Que faire, quel programme ?
Visons au cœur du pouvoir en formulant des revendications si possible déjà populaires
et que les politiques auront donc grand mal à refuser et grand mal à accepter car elles remettent en question leur système. S’attaquer principalement à une loi c’est s’attaquer à un arbre qui cache la foret. Pourquoi la loi travail plutôt que le tafta, le nucléaire, la corruption, la pollution, les pesticides, la publicité, la grande distribution, la télé poubelle, le cléricalisme, etc. ?
Bientôt tout le monde politique, médiatique et populaire sera obnubilé par la présidentielle. Les législatives suivront et le pouvoir sera installé pour cinq ans. Intervenons sur cette réalité du pouvoir.
Signons la pétition des Esprits Libres pour la SUPPRESSION DE L’ÉLECTION MONARCHISTE PRÉSIDENTIALISTE du Président de la République au suffrage universel clé de voute de la 5ème République, cœur de la servitude volontaire.Optons pour un régime primo-ministériel, Président de la Républiquesimple arbitre, élu par 3/5ème de l’Assemblée et présidant le Conseil constitutionnel.
Tant qu’existe cette élection, utilisons-là au maximum et si possible en choisissant un candidat capable d’être présent au second tour pour battre la droite et l’extrême droite.
Exigeons un mode de SCRUTIN ÉLECTORAL PROPORTIONNEL PARITAIRE À CORRECTIF MAJORITAIRE, la mère de toutes les batailles pour changer le système.
Répondons politiquement aux harcèlement et violences faites aux femmes par une proposition politique d’ ASSEMBLÉE NATIONALE PARITAIRE femmes-hommes.
Proportionnelle intégrale pour 70% des sièges, prime au gagnant de 30% garantissant une majorité. Non cumul, 2 mandats successifs maximum. 400 députés au lieu de 585. Suppression du Sénat et du Conseil Économique et Social. Inscription automatique sur la liste électorale du lieu d’habitation, incitation fiscale au vote dite «vote obligatoire».
Votes blancs représentés par des élus tirés au sort au prorata des votes blancs.
CONVENTIONS CITOYENNES : Assemblées de citoyens tirés au sort doublant les assemblées d’élus - communes, régions, nation - et étudiant les dossiers en deuxième lecture.
Régions intégrant les départements. Suppression des 90 Conseils Départementaux. Assemblées Régionales se réunissant en plénières ou en commissions départementales.
Aimer la France c’est aimer l’Europe, créons un NOYAU FÉDÉRAL EUROPÉEN.
Évolution radicale ou révolution ?
Tirons enseignement des Révolutions. Sommes nous du coté des coupeurs de tête ou de leurs victimes exemplaires comme Condorcet ou Olympe de Gouge ?
En critiquant l’économie DE marché choisissons une économie AVEC marché régulé, un ÉCOSOCIALISME LIBÉRAL-LIBERTAIRE  et non la socialisation des moyens de production .
Pourquoi faire ce cadeau au capitalisme en le nommant libéralisme alors même que ce capitalisme de trusts et de monopole des banques est rarement libéral ? Pourquoi cette confusion entre le libéralisme politique qui incarne le plus souvent la gauche et le libéralisme économique ? Confondre libéralisme et néo-libéralisme est bien la pire erreur dialectique de la gauche, le plus beau cadeau fait à la droite et aux totalitaires des deux extrêmes. Une politique hostile au capitalisme qui ne serait pas libérale-libertaire, écolo-socialiste, serait liberticide, sociale-fasciste dans la tradition des Partis Communistes et de leurs avatars gaucho-mitterrandiens, fans de Marchais, partisans du Sénat, soutiens des dictateurs, Poutine, Chavez, Castro, et de l’oppression chinoise au Tibet, islamo-gauchistes voilés derrière la notion de « peuple » comme d’autres au nom de « Dieu ».
Disons qu’une bonne loi sur le travail inclurait un REVENU CITOYEN INCONDITIONNEL pour tous de 900€ par mois, une réduction du temps de travail, la suppression de l’assistanat allocations en concentrant les efforts de l’État sur la culture, la formation et la santé. Voilà la revendication.
METTRE FIN À LA CENTRALITÉ DU TRAVAIL et non polariser la société sur l’absurde plein emploi et la croissance aveugle, objectifs de moins en moins réalistes outre leur bêtise.
CHOISIR LA CRÉATIVITÉ COMME MOTEUR DE LA SOCIÉTÉ. Partager au maximum le travail, 32h pour tous et 24h pour les travaux pénibles et à faible qualification. Supprimer le maximum d’emplois inutiles et pénibles. Réorienter progressivement l’appareil productif vers une production écologique. Choisir la légalisation contrôlée, et non la libéralisation, des drogues, de l’alcool, du tabac, de la prostitution, du sport professionnel, des banques, de la publicité, des sondages…
Un autre monde n’est pas possible mais ce monde peut être autrement.
Remplaçons le fétichisme de l’ordre marchand par une SPIRITUALITÉ CIVILE ET LAÏQUE fondée sur la PRIMAUTÉ DE L’ÊTRE dans la politique, dans l’organisation de la cité.

NI COLÈRE: Arrêtons de donner par démagogie la parole aux gens en colère. La colère est un mauvais affect et une mauvaise conseillère. Attendons que la colère soit passée pour prendre ou pour donner la parole. Tout ce qui bouge n’est pas rouge. Remplaçons l’ordre bourgeois par un ordre libertaire qui protège nos libertés et notre BIEN VIVRE COMMUN.
NI VIOLENCE :  Condamnons enfin ces paysans qui lors de manifestations, poussés par les gros productivistes éleveurs en batterie, diffuseurs de pesticides et pollueurs, brûlent et saccagent en toute impunité le bien public commun. Ces ouvriers qui séquestrent ou arrachent les chemises, s’ils sont moins condamnables que leurs patrons voraces, ne sont en rien exemplaires dans leur lutte et leurs méthodes violentes. Ces camionneurs et ces taxis qui bloquent les routes. Un véhicule n’est pas une arme que l’on retourne contre la société. Rejetons casseurs et tagueurs qui nous discréditent, bras de l’engrenage de la répression et de la réaction, ne valant, à ce titre, pas mieux que ces policiers qu’il faut policer, dont les bavures ne se comptent plus, qui tabassent et éborgnent.
Cassons les mariages des machos auteurs de violences conjugales. Condamnons ces obscurantistes qui voilent les femmes et les serviles qui se voilent elles-mêmes par servitude volontaire. N’accueillons pas ceux qui ne respectent pas notre laïcité et notre non reconnaissance du blasphème, notre droit à l’humour, à la caricature, notre liberté, notre identité. Soyons Charlie.

Ne confondons plus les ennemis dont les extrêmes et l’extrême droite FN en particulier, le cléricalisme, l’intégrisme, l’islamisme, le pouvoir des banques et des multinationales, les régimes autoritaires et totalitaires…
avec les adversaires, la droite…
avec les concurrents, qui pourraient devenir alliés demain, la gauche, les centristes, les écologistes ayant fait allégeance électorale au PS. Exigeons d’eux la réforme du mode de scrutin.
avec les alliés possibles,les forces citoyennes ayant refusé l’allégeance électorale à LR ou au PS et qu’il s’agit de fédérer aujourd’hui dans un front commun pour la réforme électorale.

Participons à toutes les élections et en particulier aux prochaines législatives en présentant des candidats partout sur un programme de mise en place du REVENU CITOYEN de 900€ pour tous, de 6éme RÉPUBLIQUE, d’EUROPE FÉDÉRALE et de BIEN VIVRE ÉCOLOGIQUE COMMUN.
Organisons-nous en Comités locaux et thématiques permanents d’une FÉDÉRATION DES ESPRITS LIBRES et ne venons, Nuit Debout, sur les places de France qu’une fois par mois pour une démonstration de force évolutive qui, sans nous épuiser, développera notre combat.

Librement. Bien à vous.
Jean-Pierre ROCHE,
président des ESPRITS LIBRES pour la 6éme République et le Revenu Citoyen.
Recevez la lettre d‘information des ESPRITS LIBRES, inscrivez-vous sur le site
 salonespritlibre.com
« Soyez résolus à ne plus servir et vous voilà libres. » LA BOÉTIE

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Violences sexuelles
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — Éducation
Élèves handicapés : les vilenies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc