Jean-Pierre Roche
Auteur
Abonné·e de Mediapart

53 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juin 2022

Jean-Pierre Roche
Auteur
Abonné·e de Mediapart

QUE DOIT FAIRE LA PLUS FORTE MINORITÉ AU POUVOIR ?

Situation politique juin 2022, DES LÉGISLATIVES DÉPENDANTES, UNE GAUCHE BATTUE ET DÉMANTELÉE, L’EXTRÉMISME RENFORCÉ PAR LES DEUX BOUTS, QUELLE RECOMPOSITION, QUELS OBJECTIFS ?   CINQ ENGAGEMENTS IMMÉDIATS.

Jean-Pierre Roche
Auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

DES LÉGISLATIVES DÉPENDANTES
Les élections législatives françaises ne constituent plus
, (depuis 2002 et la coupable inversion par L. Jospin et la gauche plurielle comprenant les Verts et JL. Mélenchon, du calendrier républicain qui plaçait la présidentielle après les législatives), le rendez-vous politique majeur comme c’est le cas dans une démocratie et en particulier dans toutes les démocraties européennes. Les législatives françaises sont reléguées, depuis 2002, à n’être qu’un processus d’avalisation de la présidentielle venant renforcer le monarcho-présidentialisme non démocratique.

Naturellement s’agissant d’un deuxième mandat présidentiel, l’effet présidentialiste sur les législatives est émoussé car l’image du président est usée et ne bénéficie plus de l’ « état de grâce ». Ce fût déjà le cas pour le deuxième mandat Mitterrand en 1998 et M. Rocard s’était efforcé de gouverner avec le 49.3 en cherchant sa majorité aléatoire.

Cette situation de deuxième mandat ne générant pas une majorité absolue entretient l’illusion d’une législative autonome. En trompe-l’œil car, si cette élection reste adossée à la présidentielle, elle perdra à nouveau cette illusion d’optique d’autonomie pour redevenir une avalisation sèche donnant à l’élu une majorité absolue.

--------------------------------------------------

UNE GAUCHE BATTUE ET DÉMANTELÉE
Le bal des dupes-Nupés se termine par une tragédie. Après cinq ans de pouvoir au centre droit il était bien légitime d’assister, comme toujours, à une alternance et à un passage du pouvoir au centre gauche et à la gauche. Non seulement ce n’est pas le cas mais les députés de gauche sont quasi annulés par une masse de députés RN en face et quasi hypothéqués par la secte LFI à l’intérieur.
La fable de « Mélenchon premier ministre » de la part d’un arrivé troisième à la présidentielle et même pas candidat aux législatives n’a été qu’une escroquerie politique démoralisante de plus de la part de cette farce du mitterrandisme qui ne visait qu’une OPA sur le bal des dupes pour imposer des LFI au PS, aux Verts et au PCF. Cela a réduit la gauche, alors que son poids électoral au premier tour était équivalent à celui de la coalition macroniste, et à considérablement renforcé l’extrême droite. L’opposition de « gauche » est provisoirement paralysée car dominée par LFI. Le gourou a heureusement commis l’erreur de ne pas se présenter et aura du mal à contrôler la Nupès qui volera en éclat au premier tournant.      
Plus dure est la chute et en réalité ces législatives ont bien reproduit quasi mécaniquement les rapports de force de l’érection pestilentielle, la fameuse triangulation, les trois pôles, donnant une avance au groupe macroniste devant le RN, devant LFI, décalque du résultat présidentiel.

Il n’y a, dans le programme Nupés, aucune avancée convenable quand il faudrait un REVENU CITOYEN pour abolir la misère et l’assistanat. « Vous voulez secourir les pauvres, moi, je veux supprimer la pauvreté. » Victor HUGO. La Créativité et l’utilité publique, moteurs de la société, remplaceraient alors la centralité du travail et du capital. Avec la suppression de l'assistanat, la politique sociale serait consacrée à la SANTÉ et à l’ÉDUCATION au sens large, culture générale, art, école, formation continue, recherche, investissement, défense de la langue. Une économie et une société AVEC marché remplacerait enfin celle DE marché permettant un partage du travail et une réduction drastique du temps de travail et autorisant la transition écologique.

Il n’y a pas non plus de conscience des enjeux institutionnels.

Cette sinistre fin d’EELV était annoncée lors de la présidentielle avec le refus de mettre en avant les enjeux institutionnels de 6ème République et le Revenu Citoyen, avec le refus de participer à la primaire citoyenne, avec des ambiguïtés sur le rapport à LFI et avec d’inénarrables attaques contre les « boomeurs », les concessions au wokisme, les candidates voilées à Strasbourg et à Grenoble le soutien aux « hijabeuses » qui veulent porter le voile islamique en compétition de football et au « burkini » dans les piscines… La barque était pleine et ne demandait qu’à se couler dans l’union populiste. Suicide politique car les électeurs de Y. Jadot, qui par leur vote avaient manifesté leur volonté de ne pas voir Mélenchon accéder au second tour ne souhaitaient évidemment pas le retrouver premier ministre.

Aujourd’hui, quand il faudrait négocier avec les macronistes, le sectarisme paralyse le groupe vert contrairement aux verts européens qui savent passer des alliances.

--------------------------------------------------

L’EXTRÉMISME RENFORCÉ PAR LES DEUX BOUTS
Dans l’ancien monde bipolarisé les électorats se retrouvaient dans le rejet commun du RN. Désormais, les différences idéologiques et sociologiques sont très marquées entre des pôles devenus ennemis plutôt que simples adversaires.      
Lors du second tour de la présidentielle, J-L Mélenchon-LFI ont pris la grave responsabilité de ROMPRE LE « FRONT RÉPUBLICAIN » en appelant à « Aucune voix pour l'extrême droite ». Rappelons que le front républicain consiste à appeler à voter pour tout candidat, de gauche, de droite ou d'ailleurs, pour battre un extrémiste de droite au second tour. Appliquer le front républicain dans le duel Le Pen-Macron, c'était appeler à voter Macron. Les communistes, le PS et EELV l'ont fait, LFI l'a refusé en s'en tenant à « aucune voix pour l'extrême droite ».

Dès lors, LFI s'étant exclu du front républicain, il est bien normal que la macronie comme tous les « démocrates » hésitent dans leur comportement vis à vis de ce groupe. Ce d'autant que son capo entretient de longue date un tropisme pour moultes dictateurs dans le monde, de Castro à Chavez en passant par des complaisances innommables à l'égard d'Assad, de Poutine, approbation de l'invasion de la Crimée, demande de livraison des Mistrals, etc., et de Xi Jinping : Tibet, Ouïghours, Hongkong, Taïwan...

Les démocrates ont souvent renvoyé LFI à sa propre attitude en cas de duel LFI-FN. Retour des choses suggéré par l'irresponsabilité de ce groupe. Les électeurs n’ont pas souhaité devenir les idiots utiles de l’excité Mélenchon et lui ont renvoyé « Aucune voix pour l'extrême droite ». Ainsi LFI a perdu la majorité de ses duels au second tour. Le vote républicain contre l'extrême droite ne pouvait s'appliquer pleinement que dans tous les autres cas en faveur de la droite, du centre, de la gauche et des Nupés non LFI.       
Si LFI avait appelé clairement à voter Macron contre Le Pen au second tour de la présidentielle, le parti présidentiel aurait pu appeler à voter LFI face au FN et LFI appeler à voter Ensemble face au FN au second tour législatif. Le RN n’aurait alors qu’une vingtaine de députés.

Cette position anti-républicaine de LFI a considérablement affaibli les scores du parti du président et les propres scores de la Nupés favorisant dans tous les cas le RN qui doit au moins les deux tiers de ses députés à cette position de Mélenchon-LFI.

Dans les duels RN - Nupes ou Ensemble, constatons une hausse de l’abstention et des bulletins blancs et nuls, et des mauvais reports de voix. D’après  Ipsos, « 7 électeurs Nupes sur 10 n’ont pas choisi en cas de présence du RN contre Ensemble, tout comme 7 électeurs Ensemble sur 10 n’ont pas choisi entre le RN et la Nupes ».

« Si ces deux forces avaient gagné leurs duels dans les mêmes proportions que dans l’ancien monde électoral, commente Florent Gougou, Ensemble ne serait pas loin de la majorité absolue et J-L Mélenchon ne verrait pas son statut de premier opposant contesté par le RN. »

Si le front républicain avait pleinement fonctionné le parti présidentiel serait proche de la majorité et la Nupés aurait beaucoup plus de députés et serait première force d’opposition avec un RN faible. Il est légitime de considérer ce J-L Mélenchon comme une crapule politique, une farce du mitterrandisme, un premier sinistre de la lutte des places. L’électorat a donné un coup de barre à droite car il refusait l’hypothèse-hypothèque de cet individu véritable épouvantail qui avec M. Le Pen constitue une assurance vie pour E. Macron.
La déplorable radicalisation de la gauche a donné automatiquement une radicalisation à droite.

--------------------------------------------------
Le programme rouge brun, RN-LFI, est large et commun sur la haine du libéralisme. Sous couvert de lutte contre le libéralisme économique on jette le libéralisme politique. Idem sur la haine du fédéralisme à tous les niveaux. Jacobins et nationalistes rivalisent de tous temps contre « l’hydre fédéraliste »... Idem sur la désobéissance aux règles européennes. Idem sur la volonté de quitter l‘Otan sans attendre une armée fédérale européenne. Idem sur le référendisme comme mode de gouvernement. Idem sur la proportionnelle intégrale, matinée d’une entourloupe à un seul tour avec forte prime au gagnant côté RN, et agrémentée d’inquiétants « mandats impératifs » et « révocations d’élus » côté LFI. Idem sur le crédo du « pouvoir d’achat » avec refus farouche du Revenu Citoyen. Idem sur la retraite que l’on veut brutale et inégalitaire, non progressive et non égale pour tous. Idem sur le tropisme pour les régimes forts : Mussolini, Salazar, Pétain, Franco, Pinochet, Trump, Orban d’un côté, Castro, Chavez, Maduro, l’Union soviétique et XI Jinping de l’autre avec en commun Assad et Poutine. Idem sur la volonté de diaboliser Macron et Zemmour avec effet de dédiaboliser Le Pen. Idem sur le créneau « La seule opposition c’est nous », sur les mots d’ordre, « eux et nous », sur le populisme opposant « peuple » et « élites », sur la prétention à parler au nom du peuple. Idem sur le refus de la laïcité devenant une catho-laïcité d’un côté et une islamo-laïcité de l’autre. Idem sur l’absence de démocratie interne dans le mouvement, géré par le clan familial d’un côté et comme la secte d’un gourou de l’autre.

S’il reste une majorité de LFI qui pourrait évoluer, l’emprise provisoire de cet individu bloque toute évolution. Il n’est pas la solution, il est le problème.

--------------------------------------------------

SITUATION

La situation est particulièrement grave car plus de la moitié des électeurs, nonobstant les non-inscrits, n’ont pas pris part au vote, d’autres ont voté blanc et une grosse part des inscrits a voté pour les anti-républicains du RN et pour ceux qui ont rompu le front républicain de LFI. La présidentielle écrasant tout, les législatives n’intéressent que les partisans du triangle infernal et les participationnistes. Si on ajoute à cela le vote, de fait monarcho-bonaparto-présidentialiste, des macronistes et le caractère de certains LR comme Ciotti qui ont voté RN contre la Nupés, la République est réduite à peau de chagrin et peu de parlementaires sont vraiment « républicains ».

Plus de la moitié des citoyens ont déserté le scrutin. Ils rejettent le jeu politique existant et la triangulation elle-même ne repose pas sur un socle solide.

« Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ». Antonio Gramsci.           
Notre profession de foi reste identique :
« Existentialisme, primauté de l’être, art vécu, art politique      
La crise existentielle détermine les crises écologiques, politiques, institutionnelles, sociales.     
Le travail, le capital et la technique dominants entrainent croissance et productivisme destructeurs. Sortons de l’économie et de la société DE marché comme du socialo-capitalisme monopoliste d’État. Savoir où nous en sommes, où l’on veut aller et comment, exige des réponses PHILOSOPHIQUES, POLITIQUES, ARTISTIQUES, et POÉTIQUES changeant nos concepts de vie.      
Il s’agit de faire œuvre d’art de nos existences, de pratiquer L’ART VÉCU.         
Il s’agit d’organiser la cité dans le sens de ce BIEN VIVRE, de pratiquer L’ART POLITIQUE.        
Pour une 6ème République de démocratie vivante, avec un Revenu Citoyen de 1000 € de base pour tous, inconditionnel et cumulable, qui supprime misère, chômage et assistanat, réduit et partage drastiquement le travail, 24h par semaine, 18h pour les travaux pénibles, permet de consacrer l'action sociale à la santé et la culture-éducation-recherche, évite une révolution et rompt avec le productivisme pour une écologie intégrale et un fédéralisme souverainiste européen face aux dictatures et au défi climatique. Concevons une société et une économie AVEC marché, libérale-libertaire, social écologique avec la CRÉATIVITÉ, primauté de l’être, imagination, culture, éducation, art, recherche, au centre de l’organisation de la cité, de la transition existentielle, politique et écologique.  "
Soyez résolus à ne plus servir et vous voilà libres" La Boétie. Soyons des Esprits Libres. »           

CE N'EST QU'UN COMBAT, CONTINUONS LE DÉBUT. Mieux vaut une défaite en ayant défendu nos belles idées que de se retrouver à servir ce pouvoir ou, pire, munichois dans l’attelage opportuniste d’une opposition menée par un individu entretenant un tropisme pour les dictateurs, anti-fédéraliste et ayant approuvé Poutine lors de l’invasion de la Crimée. La politique française, champ de ruine de la pensée, est à reconsidérer et nous en serons dans un espace politique nouveau. Ils ont aimé Mai 68, ils adoreront Les Esprits Libres.

Les Esprits Libres restent inaudibles dans ce jeu électoral inique mais « Il est moins grave de perdre que de se perdre. » Romain Gary. Les Esprits Libres peuvent culturellement conseiller le prince s’il s’éclaire enfin ou inspirer ceux qui se donnent la peine de la réflexion et préparent l’insurrection culturelle.

--------------------------------------------------
            
QUELLE RECOMPOSITION, QUELS OBJECTIFS ?     
Nous cherchons une situation à l’allemande avec un gouvernement d’ALLIANCE rassemblant les Esprits Libres, les écologistes réalistes républicains universalistes, les sociaux-démocrates et les libéraux du centre et du centre gauche.  Gouvernement de transition vers une 6ème République écologique et fédérale européenne qui s’oppose aux deux droites productivistes, la droite capitaliste et l’extrême droite, et à l’extrême gauche.
Gouvernement démocrate, républicain, laïque, universaliste, écologiste, pro puissance européenne souveraine, humaniste, défendant les droits humains face aux dictatures dans le monde, libéral-libertaire menant les transitions existentielles et écologiques.
Nous cherchons d’urgence un couloir aérien sur Kiev puis une neutralisation armée de tout l’espace aérien ukrainien
et des lignes rouges arrêtant le massacre y compris par les armes et ne cédant en rien au chantage nucléaire. La définition et la mise en œuvre d’objectifs de défense européenne autonome, hors Otan lorsque nous aurons une défense capable, et d’un plan de paix élaboré avec l’Ukraine et proposé à la Russie.
Nous cherchons une solidarité démocratique existentielle avec Taïwan.

Sortir de la monarchie présidentialiste de sa 5ème République et de son élection monarchiste,
Séparer dans le temps législatives et présidentielle tant qu’elle existe.
Renouer avec le parlementarisme bicaméral, Conseils tirés au sort à tous les niveaux doublant les chambres d’élus.

Un mode paritaire mixte proportionnel à second tour majoritaire qui nous permette, entre les deux tours, une telle ALLIANCE, qui disqualifie les extrêmes incapables de s’allier.
Une laïcité, un universalisme, une politique d’immigration humaniste, à partir de nos collectivités et capacités, non immigrationniste avec renvoi effectif des clandestins..
L’égalité des chances effectives, pas de pauvres grâce à un Revenu Citoyen, l’écologie généralisée, la santé, la culture et de la créativité prioritaires.     
En conséquence, une réduction et un partage du travail salarié drastiques, de 35h à 24h, dans une économie et une société AVEC marché et non DE marché c’est-à-dire objectivement une sortie du capitalisme vers un « écosocialexistentialisme » de primauté de l’être sur la marchandise.
Un noyau fédéral européen garant de souverainisme avec sa propre armée, son harmonisation fiscale et ses échanges culturels au sein de l’Union Européenne des 27 constituée en 2ème cercle en partenariat avec toutes les démocraties du monde, solidaire de Taïwan ouvert en priorité à l’Ukraine puis à terme à l‘Angleterre, à la Turquie et à la Russie.

--------------------------------------------------

CONCRÈTEMENT QUE DOIT FAIRE LA PLUS FORTE MINORITÉ AU POUVOIR, QUE DOIT FAIRE E. MACRON ?

S’ils veulent se comporter en esprits libres il leur faut :

Sortir le pays de cette triangulation en laminant les extrêmes et en reconsidérant son alliance politique, économique, sociale et culturelle.     
Considérer que la situation actuelle prouve que ni le scrutin majoritaire ni le proportionnel intégral ne sont satisfaisants et qu’il importe de dissocier au maximum la présidentielle des législatives.

CELA IMPOSE AU POUVOIR ET AUX OPPOSITIONS RESPONSABLES AU MINIMUM CINQ ENGAGEMENTS IMMÉDIATS :

- L’annonce d’une dissolution de l’Assemblée nationale dans deux ans et demi
Afin que ne perdure pas la situation actuelle sans majorité voulue par l’électorat. Ce dans la mesure où les oppositions n’imposent pas cette dissolution avant.   
Afin que les législatives soient dissociées de la présidentielle          .
Afin que toutes les sensibilités politiques soient représentées et que nous sortions de la triangulation.

Afin de fixer un cap et une issue à la situation institutionnelle crée.

- La proposition d’un nouveau mode de scrutin  et d’une meilleure représentation :
SCRUTIN ÉLECTORAL PROPORTIONNEL (80%), PARITAIRE femmes-hommes, à SECOND TOUR MAJORITAIRE (20% à la liste gagnante garantissant une majorité).

CONSEILS CITOYENS : Assemblées de citoyens tirés au sort doublant les assemblées d’élus, (communes, régions, nation, suppression du Sénat), étudiant les dossiers en deuxième lecture. Incitation fiscale au vote et inscription automatique sur les listes électorales du lieu d’habitation. VOTES BLANCS REPRÉSENTÉS dans les résultats et par des élus tirés au sort au prorata des blancs.          

- Cela impose également de ressouder le pays socialement, politiquement et culturellement en éradiquant la pauvreté, en supprimant l’assistanat, en introduisant un élément de démocratie économique afin de rendre effective la démocratie politique, en engageant la réduction du temps d’exploitation salarié, en favorisant la transition écologique et les mutations idéologiques et culturelles c’est-à-dire en ouvrant un débat parlementaire et sociétal sur le REVENU CITOYEN inconditionnel égal au seuil de pauvreté.

- S’affirmer sur la scène internationale et proposer une coopération renforcée d’un noyau fédéral européen au sein de l’Europe afin de faire face aux totalitarismes et d’affirmer la souveraineté européenne dans des conditions et rapports de force.          

- S’engager et engager l’Europe et le monde beaucoup plus fermement dans la transition écologique.

­--------------------------------------------------

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte