Quand nous partions sur les chemins

Peu d'Africains nous parviennent sur le tour de France. Saluons les.

Je me suis rendu compte que j'étais européen quand un américain à remporté le tour de France. Qu'un Belge, un Espagnol, un Italien, un Hollandais remporte une étape, le tour, normal. Mais un australien, un américain... ça a eu du mal a passer, même si c'est crétin et nombriliste. Aujourd'hui je comprends que le tour est patrimoine mondial et chacun peut se revendiquer sans problème de l'histoire du tour. Je me suis rendu compte que j'étais terrien quand un vénusien a gagné le tour du système solaire... non j'déconne il y a pas de piste cyclable entre Neptune et Uranus, déjà que sur terre il n'y en pas pas beaucoup. En France, c'est pareil. Le vélo c'est super mais c'est plus mortal kombat, enfin tu risques de ressembler à un perdant de ce jeux si tu pratiques la petite reine. Aujourd'hui un Africain, un Erythréen est meilleur animateur de l'étape. C'est beau. En plus le gars il explique que dans son pays, c'est l'apport de la colonisation Italienne qui a imprimée l'amour du cyclisme. Alors c'est beau qu'un enfant de ce pays vienne glaner un peu de gloire sur le tour de France. Bon apport et colonisation ça va pas trop ensemble. Disons, apportisation..., colonisapport..., je sais pas trop là. Mais gardons le positif. Un Français est maillot jaune !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.