SARKOZY: "DANS UN AN, JE ME CASSE POV' CONS !..." (Couler l'UMP, Monter le FN, Faire Elire DSK... End Game in 06/2012 !...)

Eclairage sur l'UMP, SARKOZY & la CIA...

1° Couler l'UMP - 2° Monter le FN - 3° Faire Elire DSK...

End Game in june 2012 !...

Question d'un militant:

Monsieur Asselineau vous dites que le système a choisit Strauss-kahn; mais pourquoi Sarkozy l'opportuniste, le monsieur j'ai rêvé d'être président depuis tout petit laisserait faire ? C'est vrai cependant que s'il voulait saborder sa politique et son parti qu'il ne s'y prendrait pas autrement. Est-ce pour mieux passer dans 5 ans comme le "sauveur"; après un mandat de 5 ans à gauche; où rien n'aura changé ?

Réponse de François Asselineau :

Je constate comme vous que MM. Sarkozy et Copé semblent prendre un malin plaisir à saboter l'UMP, en la divisant, en multipliant les déclarations cacophoniques, etc. Chaque semaine qui passe témoigne ainsi qu'ils semblent faire tout leur possible pour que le (ou les) représentant(s) de ce parti soi(en)t battu(s) dès le premier tour de l'élection présidentielle de 2012. L'objectif secret poursuivi étant de permettre à Mme Le Pen d'accéder au second tour afin d'assurer l'élection de M. Strauss-Kahn - avec plus de 75 % des voix – au second tour.

La question que vous vous posez serait pertinente si la France était restée un pays libre et souverain, dont les responsables politiques avaient un minimum de convictions et d’estime d’eux-mêmes. Mais ce n’est plus le cas. Votre question ne prend pas en compte un fait essentiel, à savoir que M. Sarkozy, tout comme M. Copé ou Mme Le Pen, ne sont que les larbins consentants du Système. Tout ce petit monde a fait allégeance aux commanditaires d'Outre-Atlantique. Ces derniers ont toute latitude pour placer Un Tel à telle place, pour médiatiser Un Tel à coups de sondages truqués après l’avoir diabolisé, pour encenser Tel autre, pour anéantir médiatiquement Tel autre encore dont il n'a plus l'utilité.

 

M. Sarkozy n’a pas eu tant envie « d’être président depuis tout petit » que, surtout, d’être quelqu'un de riche et de jalousé par les autres. C'est un homme à la psychologie vile, qui était - et reste - prêt à tout pour afficher une certaine forme de réussite sociale avec la plus vulgaire des ostentations. Comme il l’a dit, la présidence de la République française n’est pas la consécration de sa vie mais une case de son curriculum vitae. Il se fera parfaitement bien une raison de ne pas se représenter en 2012 – ou même de se représenter avec pour mission d’être battu dès le premier tour – si la contrepartie est déjà acquise dans le cadre d’un pacte secret avec ceux qui tirent les ficelles de tout ce théâtre.

M. Sarkozy pourrait par exemple très bien être embauché par le fonds d’investissement américain Carlyle, piloté par Franck Carlucci (ancien DGA de la CIA) et par son demi-frère Olivier Sarkozy, ce fonds d’investissement qui gère entre autres la fortune des familles Bush et Ben Laden. Ce n’est qu’une hypothèse mais elle a au moins un précédent : l’ancien Premier ministre britannique John Major, qui a imposé le traité de Maastricht au peuple britannique qui n’en voulait pas, coule une retraite paisible en Californie avec les centaines de milliers de dollars que lui rapporte sa sinécure de membre du conseil d’administration de Carlyle.

 

Il y a bien d’autres fonds d’investissements ou de « cours d’université » aux États-Unis pour permettre aux autorités de Washington de payer aux dirigeants européens une retraite dorée en remerciement de la trahison de l’intérêt de leurs propres peuples. D'ailleurs, c'est exactement ainsi qu’agissait l’Empire romain, qui assurait une vie luxueuse à Rome aux potentats orientaux qui avaient « collaboré » en soumettant leurs peuples à la Pax Romana.

 

En d’autres termes, et pour répondre à votre question, il me semble que M. Sarkozy a cette attitude parce qu’il n’a pas le choix. Ce sont ceux-là mêmes qui l’ont fait roi en 2007 qui lui demandent de d’effacer en 2012 pour laisser la place à M. Strauss-Kahn, moyennant retraite dorée garantie. Et le Système semble avoir déjà prévu qu'il en sera de même en 2017 : M. Strauss-Kahn sera invité à « pantoufler » Outre-Atlantique pour laisser la place à M. Copé.

 

À moins que le peuple français se ressaisisse d’ici là, en envoyant balader tout ce théâtre et toute cette servitude, et en retrouvant les voies de la liberté et de la dignité. L’UPR est là pour ça.


François Asselineau

Compteur gratuit

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.