L’ASN ou COMMENT DESINFORMER et MINIMISER les Effets du Nucléaire !..

L’ASN ou comment désinformer et minimiser les effets du nucléaire !..Posted 30 mars 2011 by realinfos  

L’ASN ou comment désinformer et minimiser les effets du nucléaire !..

Posted 30 mars 2011 by realinfos

 

997104-hulk2099_super.gif

 

Irradiation par imagerie médicale: un « souci majeur » en France, selon l’ASN

PARIS – La rapide et forte augmentation des doses de radioactivité délivrées aux patients par imagerie médicale, en particulier les scanners, est un « souci majeur » en France, a averti mercredi l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

« L’ASN fait le constat, comme c’est déjà le cas au Japon et aux Etats-Unis, d’une augmentation des doses délivrées par ces examens », notamment lors des scanners, a indiqué Jean-Christophe Niel, directeur général de l’ASN, en présentant au Parlement un rapport sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France en 2010.

Les doses reçues par les patients lors de ces diagnostics ont explosé, progressant de 50% entre 2002 et 2007.

Or un scanner du corps entier peut délivrer en une seule fois une dose de radiations de 20 millisieverts (mSv), ce qui correspond au maximun autorisé en toute une année pour un salarié travaillant dans le secteur nucléaire, a souligné M. Niel.

Il s’agit d’ »un souci majeur si l’on veut éviter qu’à terme nous nous trouvions devant une croissance des doses inadmissibles », a renchéri le président de l’ASN, André-Claude Lacoste, devant les parlementaires.

Une hausse incontrôlée de ces examens pourrait aboutir à une augmentation des cas de cancer, en particulier pour les enfants qui sont les plus vulnérables aux radiations.

Pour y remédier, l’ASN suggère notamment le recours à des solutions alternatives aux scanners, comme l’IRM (imagerie à résonance magnétique) qui n’émet pas de rayons X sur le patient.

« On a le sentiment qu’il est prescrit trop de scanners. Dans certains cas, il n’y a pas d’alternative mais il est tout à fait possible qu’on ne songe pas assez à utiliser l’IRM », selon M. Lacoste.

« Encore faut-il que les médecins soient conscients de l’existence de cette technique alternative et que les appareils soient disponibles ! Un de nos soucis, c’est d’obtenir un rééquilibrage du parc français entre scanners et IRM », a souligné le président de l’ASN.

« Ce n’est pas seulement un problème technique, c’est également un problème d’image : clairement, il est actuellement plus glorieux d’inaugurer la mise en fonctionnement d’un scanner que d’un équipement d’IRM », a-t-il estimé.

L’ASN a fait un certain nombre de recommandations à ce sujet au ministère de la Santé. « Mais nous sommes face à un problème qui concerne une multitude d’acteurs. Les responsables finaux de la prescription des actes sont les médecins, extrêmement nombreux. Il hors de question d’agir par voie autoritaire », a expliqué M. Lacoste, qui juge préférable de redoubler « d’efforts sur l’information et la persuasion ».

Avec 1,3 mSv, les examens et traitements médicaux (radiographie, radiothérapie, etc) représentent plus du tiers de la dose totale de rayonnements reçue en moyenne par chaque Français en 2010, selon le rapport de l’ASN.

Les autres sources d’exposition à la radioactivité artificielle (anciens essais nucléaires aériens, accident de Tchernobyl, rejets des installations nucléaires) représentent seulement 0,03 mSv/an.

Le reste provient de la radioactivité naturelle (1 mSv/an) et du radon, un gaz radioactif présent dans certaines zones (estimé à 1,4 mSv/an).

(©AFP / 30 mars 2011 14h48)

Voici maintenant ce qu’il en est de la transparence de cet organisme:

Tiré de :http://crabes.webnode.com/products/la-transparence-de-lindustrie-nucleaire/

« » Qui contrôle l’industrie nucléaire ? Cette question est soulevée par Marie-Christine Blandin dans son article « Nucléaire et Démocratie », sur le site médiapart :
« Sous couvert d’indépendance, le Parlement a été dessaisi et le monopole a été donné à une Autorité administrative, chargée d’assurer seule «le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France, pour protéger les travailleurs, les patients, le public et l’environnement des risques liés aux activités nucléaires et de contribuer à l’information des citoyens». Mais sous couvert d’efficacité, et sans aucune précaution d’indépendance, l’autorité de sûreté nucléaire (ASN) s’appuie sur l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), établissement public industriel et commercial. Or l’IRSN est pour partie financé par le commissariat à l’énergie atomique (CEA), EDF, AREVA, c’est-à-dire précisément les acteurs que l’ASN, est censée contrôler! »

Précisons au passage que l’Etat est le premier actionnaire en matière de nucléaire en France. « »

Je pense que vous avez compris comme moi que l’on a plus de risque de contracter le cancer avec la radioactivité naturelle ou en passant un scanner que par suite d’une fuite radioactive….!

Ils devraient peut-être le dire tout çà aux Japonnais,cela va sûrement les rassurer…!

Une belle bande de sacs à merdes!!!!!!!!!!!

Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule,il parraîtrait que le plutonium est bon pour la santé!

http://opinion.financialpost.com/2011/03/28/lawrence-solomon-plutonium-for-pluto/

C’est pourquoi,dans mon prochain livre,qui sera d’ailleurs le premier:

» Cocktails et petits plats au plutonium » édité chez GODZILLA que vous trouverez che tous les bons libraires dans le rayon « gamma » tout à côté des BD de Hulk……!

Allez,bonne lecture et bon appétit :)

Compteur gratuit

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.