jean Riboulet
artiste peintre et poète (site: aj.riboulet.free.fr)
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mars 2012

IL FAUT SUPPRIMER LES SONDAGES POLITIQUES ET ÉLECTORAUX ET RÉTABLIR LA PROPORTIONNALITÉ

jean Riboulet
artiste peintre et poète (site: aj.riboulet.free.fr)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A chaque élection c’est la même litanie médiatique. Les "Instituts" –un bien grand mot- de sondages nous martèlent le bipartisme en prétextant des études sérieuses. L’élection présidentielle 2012 n’échappe pas à cette abondance de sondages d’où deux seuls noms surgissent, Hollande et Sarkosy, ou encore l’UMP ou le PS. Ce choix qu’on nous propose existe depuis de longs mois avec une variante pour les socialistes : Hollande a remplacé Strauss Kahn.

A la demande d’une presse complice du pouvoir politique, dans l’opinion publique seuls deux noms résonnent. La télévision, les radios, la presse écrite nous abreuvent en permanence de bavardages et d’images des omniprésents Sarkosy et Hollande. Une émission comme "C dans l’air" sur la 5, avec presque toujours les mêmes invités –la mafia du débat dit public- est l’exemple même de l’obstination à "bipartisaniser" la vie politique avec la présence permanente des représentants des instituts de sondages. Ainsi on procède à des démonstrations de fausse crédibilité qui se succèdent presqu’au jour le jour.

Pourquoi asséner cette sempiternelle solution aux oreilles du peuple ? Pour essayer de l’influencer ! Oui, trafic d’influence il y a. Une telle pratique oublie qu’une élection présidentielle se joue avec cette Constitution (que l’on doit considérer comme obsolète !) sur deux tours. Cette méthode est un déni de démocratie. On tente de manipuler la pensée du peuple qui, même s’il est convaincu de la possibilité de voter autrement, on le pousse alors à l’abstention puisque "c’est joué d’avance". Il y a tromperie.

Cette tromperie n’est pas innocente. Qui sont ces instituts qui se considèrtent comme les agences de notation de l’opinion ?:

-IPSOS est financé par Fidelity, un fonds d’investissement américain et… François Pinault, un invité de Sarkosy au Fouquet’s comme le directeur général de cet institut, Pierre Giocometti

-CSA est sous le contrôle de Vincent Bolloré, lui aussi invité au Fouquet’s et qui prête son yacht au président sortant

-BVA a pour actionnaires Rotchild et Vincent Bolloré

-SOFRES est sous le contrôle de Fidelity

-IFOP est la propriété de Laurence Parisot, présidente du Medef

Où est donc l’indépendance de ces entités qui mesurent les pensées de la population ? La démocratie est bafouée, trompée, manipulée pour lui imposer ce que la ploutocratie et ses oligarques décident : le pouvoir du fric. La démocratie est en péril.

Ces sondages sont aussi une insulte au droit de vote, à tous ceux qui, seuls, doivent exercer le vrai pouvoir, les électeurs. Non ! Il  n’y a pas que deux personnages aptes à diriger la France. Oui ! Il faut interdire les sondages politiques et électoraux. Il faut les supprimer de la vie républicaine.

Les politiques des deux partis majoritaires et les journalistes majoritairement complices nous offrent un seul choix. Il nous faut élire l’un ou l’autre des deux "maîtres". Les serfs que nous sommes désignent leur "tyran" ou s’abstiennent car au deuxième tour de cette élection c’est ce choix unique qu’on leur impose.

Comme le disait Etienne de La Boétie dans son "Discours de la servitude volontaire", il y a près de 5 siècles « les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux » (De la servitude volontaire, ed. Littérature.fr). Un peuple bien représenté est un peuple sans servitude pour éviter l’amère constatation du même La Boétie : « C’est le peuple qui s’asservit et qui se coupe la gorge ; qui, pouvant choisir d’être soumis ou d’être libre, repousse la liberté et prend le joug…

Refusons la servitude. Le choix d’un président ne peut plus se faire entre seulement deux maîtres ou entre deux partis si on veut une juste représentativité.

Abolissons les sondages. Imposons une 6ème République plus juste, plus lisible et plus heureuse. Votons Mélenchon !

JEAN RIBOULET, POETE ET ARTISTE PEINTRE EN COLERE.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener