IL FAUT SUPPRIMER LES SONDAGES POLITIQUES ET ÉLECTORAUX ET RÉTABLIR LA PROPORTIONNALITÉ

A chaque élection c’est la même litanie médiatique. Les "Instituts" –un bien grand mot- de sondages nous martèlent le bipartisme en prétextant des études sérieuses. L’élection présidentielle 2012 n’échappe pas à cette abondance de sondages d’où deux seuls noms surgissent, Hollande et Sarkosy, ou encore l’UMP ou le PS. Ce choix qu’on nous propose existe depuis de longs mois avec une variante pour les socialistes : Hollande a remplacé Strauss Kahn.

A la demande d’une presse complice du pouvoir politique, dans l’opinion publique seuls deux noms résonnent. La télévision, les radios, la presse écrite nous abreuvent en permanence de bavardages et d’images des omniprésents Sarkosy et Hollande. Une émission comme "C dans l’air" sur la 5, avec presque toujours les mêmes invités –la mafia du débat dit public- est l’exemple même de l’obstination à "bipartisaniser" la vie politique avec la présence permanente des représentants des instituts de sondages. Ainsi on procède à des démonstrations de fausse crédibilité qui se succèdent presqu’au jour le jour.

Pourquoi asséner cette sempiternelle solution aux oreilles du peuple ? Pour essayer de l’influencer ! Oui, trafic d’influence il y a. Une telle pratique oublie qu’une élection présidentielle se joue avec cette Constitution (que l’on doit considérer comme obsolète !) sur deux tours. Cette méthode est un déni de démocratie. On tente de manipuler la pensée du peuple qui, même s’il est convaincu de la possibilité de voter autrement, on le pousse alors à l’abstention puisque "c’est joué d’avance". Il y a tromperie.

Cette tromperie n’est pas innocente. Qui sont ces instituts qui se considèrtent comme les agences de notation de l’opinion ?:

-IPSOS est financé par Fidelity, un fonds d’investissement américain et… François Pinault, un invité de Sarkosy au Fouquet’s comme le directeur général de cet institut, Pierre Giocometti

-CSA est sous le contrôle de Vincent Bolloré, lui aussi invité au Fouquet’s et qui prête son yacht au président sortant

-BVA a pour actionnaires Rotchild et Vincent Bolloré

-SOFRES est sous le contrôle de Fidelity

-IFOP est la propriété de Laurence Parisot, présidente du Medef

Où est donc l’indépendance de ces entités qui mesurent les pensées de la population ? La démocratie est bafouée, trompée, manipulée pour lui imposer ce que la ploutocratie et ses oligarques décident : le pouvoir du fric. La démocratie est en péril.

Ces sondages sont aussi une insulte au droit de vote, à tous ceux qui, seuls, doivent exercer le vrai pouvoir, les électeurs. Non ! Il  n’y a pas que deux personnages aptes à diriger la France. Oui ! Il faut interdire les sondages politiques et électoraux. Il faut les supprimer de la vie républicaine.

Les politiques des deux partis majoritaires et les journalistes majoritairement complices nous offrent un seul choix. Il nous faut élire l’un ou l’autre des deux "maîtres". Les serfs que nous sommes désignent leur "tyran" ou s’abstiennent car au deuxième tour de cette élection c’est ce choix unique qu’on leur impose.

Comme le disait Etienne de La Boétie dans son "Discours de la servitude volontaire", il y a près de 5 siècles « les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux » (De la servitude volontaire, ed. Littérature.fr). Un peuple bien représenté est un peuple sans servitude pour éviter l’amère constatation du même La Boétie : « C’est le peuple qui s’asservit et qui se coupe la gorge ; qui, pouvant choisir d’être soumis ou d’être libre, repousse la liberté et prend le joug…

Refusons la servitude. Le choix d’un président ne peut plus se faire entre seulement deux maîtres ou entre deux partis si on veut une juste représentativité.

Abolissons les sondages. Imposons une 6ème République plus juste, plus lisible et plus heureuse. Votons Mélenchon !

JEAN RIBOULET, POETE ET ARTISTE PEINTRE EN COLERE.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.