Un RSA par jour pour Macron

les frais de bouche de "Môssieu" Macron sont de 500 euros par jour soit l’équivalent de 1 RSA quotidien

Pour une personne sans enfant le RSA, revenu de solidarité active, s’élève à 524,68 euros par mois, 771 € pour un couple sans enfant et sans aide au logement et 1079 € pour un couple avec deux enfants.

Voilà dix jours qu’on nous assène à longueur d’articles de presse, d’émissions télévisées, les excès financiers de F. Fillon, de sa femme Pénéloppe et de ses enfants. Il y a effectivement matière à choquer le peuple qui est appelé aux urnes dans quelques semaines pour désigner le Président de la République. Il n’y a pas que lui, ils sont nombreux, au Sénat, à l’Assemblée Nationale, dans les départements et les communes, à plonger les mains dans la caisse, celle que nos impôts emplissent chaque jour avec la TVA, chaque année avec nos impôts sur nos revenus, avec les nombreuses taxes diverses (impôts locaux par exemple).

La politique est confisquée par une caste qui remplit les comptes en banque. Mais revenons au RSA. Dans l’article du 3 février, (à lire ici :  Dans les rouages de la «Macron Company») , Mathieu  Magnaudeix ternit l’image, à juste titre,  du gourou Macron. Durant les 8 premiers mois de l’année 2016, il était aux commandes du ministère de l’économie. Il a utilisé 80% de l’enveloppe annuelle des frais de représentation de son ministère, soit 120 000 euros pour des dîners et des déjeuners ! De plus il a organisé au ministère deux réunions avec ses amis facebook.

Un rapide calcul montre l’ampleur de l’escroquerie nationale que celui que des élus, des jeunes cadres, une armée de journalistes et de sondeurs nous le montre comme un modèle intelligent, jeune, intègre voire beau comme l’a dit une journaliste à C dans l’air ! 8 mois cela correspond à 240 jours. Et bien les frais de bouche de "Môssieu" Macron sont de 500 euros par jour soit l’équivalent de 1 RSA quotidien. Et cela semble ne heurter personne. C’est aussi scandaleux que les affaires accrochées aux basques de Fillon. Il faut mettre Macron sur le même plateau que Fillon, Cahuzac, Sarkozy et autres Balkany, Woerth et consorts.

Une question : comment sont financés tous ses meetings ? Et on peut aussi demander quel en est le coût depuis qu’il est entré en campagne car les salles que l’on nous montre ne sont pas des cinémas de quartier ou des petites salles des fêtes.

 

Macron n’est pas un modèle, les partis LR, FN, PS ne sont pas des modèles. Il nous reste une solution, une seule, la France Insoumise.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.