Jean-Christophe LAGARDE, DEPUTE OU MAIRE ?

Le 9 février et le 27 mars 2018, le syndicat CGT adressait une lettre ouverte à la Maire de Drancy pour y dénoncer l’ingérence dans la gestion du personnel de son mari et député J-C-Lagarde

Le Président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde est aussi conseiller municipal de la ville de Drancy (département de Seine-Saint-Denis) dont il fut maire de 2001 à 2017. Député depuis le 16 juin 2002, il fut réélu le 18 juin 2017 pour la 4ème fois. Comme le précise  l’article LO141-1 de la loi du 14 février 2014 sur le cumul des mandats le mandat de député est incompatible avec les fonctions de maire, de maire d’arrondissement, de maire délégué et d’adjoint au maire. J-C Lagarde quitte donc son poste de maire. Qu’importe, son épouse prend la place et il devient simple "conseiller municipal". Le mandat de premier magistrat de Drancy reste en famille.

Cette situation lui permet indirectement de rester au fait des affaires communales. Un problème municipal amène un conseiller municipal de l’opposition à déposer une plainte pour "usurpation de fonction de maire". C’est un échange d’e-mails qui provoque cette démarche comme l’a précisé un article de France Bleu Paris le 6 avril 2018 à consulter ici :

https://www.francebleu.fr/infos/politique/jean-christophe-lagarde-vise-par-une-plainte-pour-usurpation-de-fonction-de-maire-a-drancy-1522946456

Un employé municipal, Mostapha Sabil a reçu, par erreur, un email qui fait état d’une discussion entre le DRH des services de la mairie de Drancy et Jean-Christophe Lagarde. Le député donne des instructions au DRH  concernant cet employé quant à son avenir professionnel, employé qui demande l’aide de la CGT locale par un e-mail daté du 22 mars dernier.

Le DRH envoie un message au député le 22 mars à 12 h 08. Il indique qu’il a reçu l’employé pour lui faire savoir que son emploi d’animateur au service jeunesse était supprimé. Il exprime aussitôt la réaction violente du fonctionnaire face à ce "licenciement". Dans la suite du message, Il informe J-C Lagarde du lancement d’une procédure pénale par l’intéressé dont le poste serait en "surnombre" au Service Municipal de la Jeunesse. Ceci rejoint ce qu’impose la délibération n°18 du conseil municipal du 20 décembre 2017 ayant pour objet la modification du tableau des effectifs des services municipaux. On y constate la suppression de 6 postes et la création de trois postes.

Les élus de la Ville de Drancy et leur député, encore un peu maire, ont ainsi anticipé la démarche d’Emmanuel Macron qui veut "dégraisser le mammouth" de la Fonction Publique, en application aux recommandations de la Chambre de la Cour des comptes rappelées dans la délibération.

Le député a répondu au DRH le même jour, jeudi  mars à 12 h 23 ! On ne traîne pas à Drancy où le député, qui normalement n’est plus maire, apporte une réponse 15 minutes plus tard :

« 1) Qu’il réagisse mal n’est pas étonnant et pas grave

2) Il n’est pas question qu’il approche le centre social

3)on peut lui confier des missions d’animation

4)on engagera évidemment les procédures disciplinaires en suivant tous les avis de la CAP » (Commission Administrative Paritaire), message signé J-C Lagarde avec copie à Aude Lagarde.

C’est donc bien le Député qui donne des instructions au personnel de la commune et non son épouse-maire qui semble jouer un rôle de figurant à Drancy.

Voilà la raison de la plainte déposée par le syndicat CGT pour « usurpation de fonction » de maire. Déjà le 9 février 2018, le syndicat CGT adressait une lettre ouverte à la Maire de Drancy pour y dénoncer l’ingérence dans la gestion du personnel du député ce qui est interdit dans le cadre du non-cumul des mandats. Une autre lettre ouverte de la CGT en date du 27 mars rappelait à l’élue cette ingérence, le précédant courrier étant resté sans réponse. Le syndicat proteste aussi contre la suppression des postes notamment au service jeunesse dont les besoins sont énormes. Il proteste contre la non application de la loi et exige « l’annulation des décisions concernant les agents discriminés par abus de pouvoir, intrusion… ».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.