trafic d'influence

A la veille du 1er tour de la présidentielle, le courrier officiel du Ministère de l’Intérieur, envoyé certainement par la Préfecture de Seine-Maritime, attise un peu plus ma mauvaise humeur quant à la fatalité d’une élection déjà jouée. Dans cette campagne, jusqu’au démarrage officiel, deux noms ont été assénés en permanence, Hollande et Sarkozy, avec des croisements, des courses poursuites, d’injustes oublis envers les autres candidats.

Cela continue officiellement cette semaine. Deux enveloppes officielles arrivent aujourd’hui dans notre boîte à lettres à destination de chacun d’entre nous, de notre couple. Elections obligent ! Citoyenneté aussi. Nous ouvrons chacun la nôtre. Surprise ! Les professions de foi sont regroupées en deux paquets dans chaque enveloppe. L’un se présente avec le visage de Hollande et l’autre celui de Sarkozy. Même chose dans les deux enveloppes ! Tous les autres candidats présentent leur profession de foi à l’intérieur de ces deux-là.

Il est difficile de croire que cela n’était pas organisé au niveau des responsables de la préfecture. La coïncidence pour les deux enveloppes est trop évidente. Cela est d’autant plus inacceptable que cela fait des mois qu’on nous montre ces deux-là seulement, à la télévision, dans les sondages, qu’on nous le martèle à la radio ou dans la presse écrite. C’est excessif ! Cela représente un véritable trafic d’influence, une escroquerie politique, un holdup sur les esprits, une grave atteinte à la démocratie. Cela est insupportable.

La 5ème République a du plomb dans l’aile. Cet excès rejoint beaucoup d’autres qui rongent la Nation, comme le cumul des mandats dans le nombre comme dans la durée, les abus de pouvoir, les conflits d’intérêt, les financements occultes des partis, les indemnités exorbitantes de nombreux élus… etc.

Il faut que cela cesse. Il faut que le peuple éloigne tous ceux qui se sont trempés dans ce bain immonde. Il faut voter pour le seul qui nous offre une sixième République dans laquelle nous, les citoyens, auront le pouvoir. Alors, prenons-le et portons celui qui seul propse cette alternative, J-L Mélenchon.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.