PALESTINE : UN DÉPUTÉ RÉPOND

 

            Dans mon billet du 3 août 2014 "Ecrivons à nos députés pour la Palestine", j’avais transcrit la lettre que j’ai fait parvenir à Christophe Bouillon député de Seine-Maritime. Dans les commentaires qui ont suivis, plusieurs de leurs auteurs indiquaient avoir repris l’initiative vers leurs propres députés.

            C. Bouillon a fait une première réponse le 4 septembre par e-mail. Il n’y était pas question d’une démarche positive auprès du Gouvernement ni d’une intervention à l’Assemblée nationale. Une simple proposition d’un rendez-vous pour une discussion était proposée. Je n’ai pas répondu à cette invitation que je pressentais stérile. Dans ce courriel Israël et Palestine y étaient mis au même niveau et, même s’il était rappelé avec insistance que la position de la France a toujours été que « la solution de paix passe par la création d’un Etat palestinien », aucune démarche n’était proposée en ce sens. De plus aucun commentaire sur les massacres de la population palestinienne par l’armée israélienne n’apparaissait dans ce message. Ce constat me faisait douter de la volonté de prendre position de la part du député de ma circonscription. Voici le contenu de ce message :

Monsieur

                La tragédie qui a aujourd’hui lieu en Israël et dans les Territoires Palestiniens nous interpelle tous, vous comme moi. Nous ne pouvons en effet rester indifférents à cette tragédie qui se répète malheureusement décennie après décennie sur ces terres qui ont tant besoin de paix et de stabilité.

                La position de la France dans ce conflit a toujours été claire : la solution de paix passe par la création d’un Etat palestinien. C’est notamment ce qu’ont réaffirmé dans une déclaration conjointe Laurent Fabius, ministre français des affaires étrangères et son homologue allemand en indiquant que : «L’objectif final doit être un retour aux négociations sur la base de la solution des deux Etats, qui reste la seule façon de résoudre le conflit et de mettre un terme aux souffrances qu’il cause, une fois pour toutes. ». C’est également le sens de la proposition 59 du programme de François HOLLANDE.

                A ce titre je vous rappelle que la France a voté en faveur de la demande palestinienne d’obtenir un statut d’observateur non membre à l’ONU contrairement à la Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis.
                Comptez sur moi pour continuer de soutenir l’action de la France et de nos partenaires européens dans la recherche et la conduite d’efforts de négociations pour ramener la paix à Gaza. Par ailleurs je soutiens la proposition conjointe de la France et d’autres pays européens, notamment des Pays Bas, de construction d’un port dans la bande de Gaza à la condition que celui-ci soit soumis à un contrôle international. Cette infrastructure comme l’était l’aéroport de Raffah permettrait à la bande de Gaza de se développer économique permettant ainsi aux populations locales d’êtres soulagées.

                Je peux constater, à la lecture de votre message, que votre engagement et franc et sincère pour cette cause, aussi je vous propose de nous retrouver lors d’un rendez-vous pour en discuter plus longuement.

                Mon équipe parlementaire se tient à votre disposition pour fixer celui-ci.

Dans l’attente vous rencontrer, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l’expression de mes sincères salutations.

Christophe BOUILLON

Député de Seine-Maritime

Vice-Président de la Commission du Développement Durable et de l'Aménagement du Territoire

 

            J’ai enfin reçu un courrier postal de C. Bouillon daté du 17 décembre 2014. L’Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, et on peut s’en féliciter,  un projet de résolution relative à la reconnaissance de l’Etat de Palestine proposé et cosigné par 278 députés. La décision finale est maintenant dans les mains du Président et du Gouvernement de Manuel Valls. Espérons que cela sera rapidement fait. Ci-dessous le courrier du député et le projet de résolution :

Monsieur,

                Après l’Assemblée Nationale le 28novembre dernier, le Sénat s’est également prononcé, le 11 décembre dernier en faveur d’une résolution relative à la reconnaissance de l’Etat de Palestine.

                Connaissant votre combat en faveur de cette reconnaissance, j’ai souhaité vous adresser copie du document officiel produit par l’Assemblée Nationale à l’occasion du vote de cette résolution au caractère historique.

                Je vous en souhaite bonne réception.

                Je me réjouis que cette initiative du groupe socialiste, à laquelle je me suis naturellement associé, ait recueilli un large soutien tant au sein de l’hémicycle qu’en dehors.

                Je vous prie….

Le Député Christophe Bouillon

 

PROPOSITION DE RESOLUTION

Article unique

L’Assemblée nationale,

Vu l’article 34-1 de la Constitution,

Vu l’article 136 du règlement,

            Affirme sa volonté de concourir à l’effort international de paix au Proche-Orient;

            Constatant la volonté des peuples israélien et palestinien de vivre en paix et en sécurité;

            Constatant l’échec des tentatives de relance du processus de paix engagées depuis 1991 entre Israéliens et Palestiniens par la communauté internationale;

            Constatant les menaces pesant sur la solution des deux Etats, et notamment la poursuite illégale de la colonisation dans les territoires palestiniens qui mine la viabilité même d’un Etat palestinien, malgré les capacités institutionnelles dont s’est dotée l’Autorité palestinienne et la reconnaissance que lui a accordée l’Assemblée générale des Nations Unies;

            Constatant la montée des tensions à Jérusalem et en Cisjordanie qui menace por l’ensemble des populations de la région;

            1. Souligne que le statu quo est intenable et dangereux car il nourrit les frustrations et la défiance croissante entre les deux parties;

            2. souligne l’impératif d’une reprise rapide des négociations entre les parties selon des paramètres clairs et un calendrier déterminé;

            3. Affirme l’urgente nécessité d’aboutir à un règlement définitif du conflit permettant l’établissement d’un Etat démocratique et souverain de Palestine en paix et en sécurité aux côtés d’Israël, sur la base des lignes de 1967, avec Jérusalem pour capitale de ces deux Etats, et fondé sur une reconnaissance mutuelle;

            4. Affirme que la solution des deux Etats, promue avec constance par la France et l’Union européenne, suppose la reconnaissance de l’Etat de Palestine aux côtés de celui d’Israël;

            5. Invite le Gouvernement français à reconnaître l’Etat de Palestine en vue d’obtenir un règlement définitif du conflit.

            L’Assemblée Nationale a adopté cette  résolution par 339 voix pour et 151 voix contre. Un socialiste, René Rouquet, a voté contre, il refuse la promesse n°59 du candidat Hollande. Ce dernier va-t-il enfin tenir sa promesse par une décision énergique ? On peut en douter. 5 députés autres socialistes se sont abstenus. Les écologistes, les radicaux et le front de gauche ont voté unanimement oui.  9 UMP ont voté pour alors que ce parti a réuni 136 voix contre. Voilà un scrutin qui montre combien la droite est contre la liberté d’un peuple et contre la paix dans cette région. Cette démarche approuve ce que l’on peut appeler des "crimes contre l’Humanité" de la part de l’Etat d’Israël.

            Même si on peut mettre en cause la radicalité du Hamas, on peut tout de même se poser la question, comment ne pas devenir violent quand on assassine les enfants, les mères, des familles entières, quand on détruit des villes entières, quand on colonise les territoires de Cisjordanie et enfin quand on interdit l’accès maritime de la Bande de Gaza par un blocus inacceptable.

            Mais le résultat final de cette reconnaissance est bien éloigné de la fin du problème. Une décision à l’échelle mondiale ne se dessine pas encore à l’horizon. Le veto des Etats-Unis à l’O.N.U. n’est pas près d’être abandonné. Même si la démarche de nos parlementaires est, grâce à la pression de la Nation, positive… l’espoir fait vivre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.