Message adressé au parti unique.

Drôle de séance que celle qu'ont tenue avant hier les parlementaires de l'assemblée nationale. La première depuis l'avènement du parti unique, destiné à combattre la peur qu'il a lui-même fabriqué. Le premier ministre, en grande forme, a réussi à transcender la représentation politique, tous partis confondus, en lui insufflant cet élan guerrier que beaucoup apparenteront à celui qu'avait adopté le gouvernement américain aux lendemains du 11/09.

Voici donc les représentants confortés dans un unanimisme de façade hypocrite et dénué de fond et de réflexion politique. Les voici en " guerre contre la terreur et l'ennemi intérieur ".

La marseillaise qui résonne dans l'hémicycle pour la première fois depuis l'armistice de 1918, alors que le peuple lui-même ne s'était pas convaincu à la chanter d'une seule voix dans les rues ce dimanche, on croit rêver.

Le nationalisme et la politique de la peur exacerbée commencent à nous recouvrir de leur sale odeur.

Cazeneuve ( dont on attend la démission ) est ému, ses hommes sont ovationnés par l'assemblée mais le peuple n'est pas dupe, il voit les stratégies à travers les mesures sécuritaires qui se mettent en place doucement, sans obstacle aucun car légitimées par " l'union nationale et sacrée ", légitimées dorénavant par " l'esprit du 11 janvier ", donc, déléguées du peuple car voulues par lui.

 Les députés de la majorité se félicitent de ne pas avoir à voter un Patriot Act à la française mais, pourtant, n'est-ce pas celui-là même que nous voyons venir au loin sous des formes étranges ?

Fusion des forces de police et des services de renseignement au sein d'une même structure centralisée et entièrement dépendante du ministère de l'intérieur donc du premier ministre ; Des mesures restrictives mais présentées comme salvatrices se mettent en place.

Qu'en est-il de nos libertés sur Internet ? Peut-on encore prétendre à se politiser librement par la parole ? Puis-je librement me définir comme Socialiste révolutionnaire sur Internet sans passer pour un extrémiste poseur de bombe ? Ai-je le droit de réclamer fort un autre monde et de m'organiser en vue de son avènement sans pour autant être espionné ou mis sur écoute ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.