jean-stéphane migot
Journaliste à mes heures, amateur de journalisme
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 avr. 2013

Homen : tombez les masques !

jean-stéphane migot
Journaliste à mes heures, amateur de journalisme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

S'ils enlèvent le haut, comme le titre le Figaro le 3 avril, les Homen ne tombent encore pas les masques.
La photo choisie pour illustrer ce billet (ci-dessus) est de ce point de vue très expressive, et révèle beaucoup de nouveau groupe qui vient de se créer pour, notamment, rejoindre les associations anti "Mariage pour tous".
Regardons-la bien cette photo. Avec d'autant plus d'attention que nous ne la retrouverons pas dans son entièreté en haut de l'article qu'elle illustrait dans un premier temps. La journaliste ou l'iconographe du Figaro qui ont travaillé sur l'article l'ont opportunément recadrée pour faire disparaître la main, levée haut, du personnage hurlant à gorge déployée au centre de la photo. Ce bras tendu prolongé par cette main également bien ouverte rappelle, au premier coup d'oeil un salut fasciste. Ennuyeux quand on veut donner une image plutôt sympathique, comme le fait le Figaro, de ce nouveau mouvement. Alors, couic ! on raccourcit la main…  (voir ci-dessous la photo recadrée)


Nous ne tomberons pas dans démagogie et la mauvaise foi : ce geste si symbolique n'a sûrement pas été exécuté sciemment par notre homme : le photographe l'a figé dans cet instant, et c'est plutôt lui, le malicieux. Donnant comme il est de coutume que le fassent les photographe de presse, une sélection de ses prises de vue, il a choisi une image très forte, dont le symbole n'a pu lui échapper.
Sur cette photo, un autre détail nous chiffonne, qui révèle un peu de la démarche paradoxale des Homen (oublions le symbole hippy de la paix dessiné sur ces torses virils qui jure avec le salut dont nous parlions plus haut, et le drapeau français, lui aussi recadré). Le masque blanc. Ce masque qui cache les visage de ces militants de la cause masculine.
Cet accessoire de carnaval, de la Commedia dell'arte, nous paraît gênant parce qu'il va à l'encontre du message global que veulent faire passer ces hommes. On l'a compris dès le premier coup d'oeil et à la lecture du nom de leur mouvement, les Homen se veulent les pendants masculins du mouvement iconoclaste féminin des Femen, né en Ukraine, qui fait régulièrement le coup de poing médiatique pour dénoncer des faits que ce groupe féministe juge machistes, misogynes, dégradants pour les femmes et la cause féministe. Les Femen manifestent le torse et les seins nus, marqués de slogans adaptés (on les a vues devant la porte cochère du domicile de DSK après l'affaire du Sofitel de New-York pour dénoncer le comportement sexuel de l'ex homme politique, à Notre-Dame de Paris ou sur le parvis de Saint-Pierre à Rome contre le pouvoir exclusivement masculin de l'Eglise catholique notamment). Le message est clair : nous agissons souvent violemment mais en toute transparence.
Les Homen, au contraire, auraient-ils peur de montrer qui ils sont ? Peur de se démasquer ? En tout cas leur démarche peut sembler ambiguë de ce point de vue.

Des idées très arrêtées...


Comme sont ambigus, dans un premier temps, les objectifs de ce groupe. Il est évident qu'il joue d'abord sur les symboles, qu'il veut choquer (comme les Femen dont les propos, la discipline prônée par ses leaders sont très martiaux, ceci dit en passant) : il s'appuie sur leur ressemblance/opposition avec les féministes, tente les mêmes coups d'éclats médiatiques. Bien… Mais évidemment, la comparaison s'arrête là. Et les les manipulations commencent.
Selon leur site Internet les Homen (sous titre du site : "les hommes, les vrais") sont un "collectif détendu qui ne revendique rien", qui regrouperait absolument TOUS les hommes, sauf les journalistes, les drogués, les politiques et les pédés quand même…. "Bon père de famille ou divorcé, ou cocu silencieux, célibataire endurci, homo refoulé (refoulé c'est possible !) ou gendre idéal, tu ne passes pas à la télé ou dans les happenings sponsorisés. Tu n'es pas à poil, pas agressif (ah bon…), ni dépressif, pas macho (non non !), ni homo défoulé (encore !), pas drogué, pas journaliste (beurk surtout pas !), ni politisé (non plus !)…" Curieuse liste à la Prévert, pas exhaustive, visible dès la page d'accueil du site officiel des Homen. Premier constat : pour ces hommes qui ne revendiquent rien, ils ont des idées assez arrêtées.
Des idées arrêtées, et très orientées, quoiqu'ils en disent dans leur présentation" humoristique". C'est en en lisant plus attentivement les articles mis en ligne sur ce site qu'on le découvre. Les Homen sont de vrais Gaulois, ou plutôt des Gaulois/Romains qui se fondent sur le droit romain, qui a donné le code Napoléon puis le code civil que l'on voudrait démonter. Et qui voudrait faire cette chose horrible ? La loi Taubira bien sûr. Nous y sommes ! Cette loi, "homophobe par construction" (sic), "va ainsi, par une opération de terrorisme intellectuel, dynamiter le fondement de notre société et de notre économie qu'est la famille avec le papa, la maman, les enfants".

Diable ! Les Homen, qui se posent la question de savoir si nous ne vivons pas actuellement un "68 à l'envers", s'ils se veulent "détendus" et sans revendication, promettent quand même une très grande fermeté : "Aujourd'hui et demain nous luttons et lutterons contre la dictature de quelques milliers d'extrémistes qui voudraient nous dicter notre code civil. Nous lutterons contre les quelques milliers d'intégristes qui voudraient nous dicter quoi manger à la cantine ou voiler nos femmes. Nous luttons pour ce qui fonde nos familles, nos emplois, nos entreprise, notre pays".

... d'extrême droite ?

Ce que dans la rubrique "histoire du projet" les créateurs du site définissent comme une "blague de potache", "une réponse galante et non violente aux Femen" est somme toute d'un goût assez douteux… et sûrement pas si apolitique qu'il est dit dans la présentation : les thèmes développés (le redressement de la France, les femmes voilées, les origines...) et le vocable utilisé dans les articles des Homen rappellent terriblement ceux de l'extrême-droite, sans, évidemment que ne soit jamais évoqué une paternité de pensée politique ici.

Les Homen, c'est sûr, se jouent des discours, les parodient et les détournent. Un peu comme nous le faisions remarquer dans un précédent billet ("Le printemps français ? Pourri !", publié le 27 mars), ce groupe pastiche dangereusement des symboles graves, dans la droite ligne des détournements de slogans et postures des autres mouvement agrégés dans la Manif pour tous.


Espérons au moins, comme nous le laissions entendre au début de ce billet, que le salut fasciste de cet Homen masqué et hurlant, capturé par le photographe, n'est que l'expression figée d'un autre geste plus ample et pacifiste… Un détournement de plus, pas vraiment drôle ni potache !

 PS : ce billet est reproduit de mon blog. Visitez-le pour l'aimer, le commenter, le partager, vous y abonner !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras