Jean-Stéphane Rab
Chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2014

Encore une histoire bien kafkaïenne à Pôle-Emploi !

Jean-Stéphane Rab
Chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voici le témoignage qu'un ami m'a demandé de publier concernant sa situation vis-à-vis de Pôle-Emploi. Cela laisse songeur :

"Fin novembre 2013, j'écrivais au médiateur de Pôle-Emploi Ile-de-France pour lui signaler l'abus dont j'ai fait l'objet comme sans doute des milliers d'autres personnes au moment de mon inscription.

A ce jour, je n'ai reçu aucune réponse et de ce fait, je ne peux accepter certaines missions à temps partiel, ne pouvant plus cumuler que temporairement salaire et complément d'indemnisation, alors que j'ai encore plusieurs mois de droits, ce qui me ferait sombrer dans la précarité plus tôt que prévu.

Je pense que nous sommes nombreux à nous être fait abuser, alors que nous faisions preuve d'honnêteté lors de notre inscription à Pôle-Emploi.

C'est la raison qui me pousse aujourd'hui à vouloir rendre public le problème devant l'absence de réponse du médiateur et alors que j'ai alerté préalablement par courrier en recommandé mon antenne Pôle-Emploi pour obtenir gain de cause, demande refusée.

Si toutes les personnes se trouvant dans le même cas s'unissent, peut-être finirons-nous par obtenir la suppression rétroactive de ce dispositif nous obligeant à refuser des missions à temps partiel qui nous permettraient de remettre le pied à l'étrier. 

Les faits  :

Lors de mon inscription à Pôle-Emploi, sans que j'en sois averti, j'ai été classé dans la catégorie des créateurs d'entreprise, parce que j'avais déclaré avoir également le statut auto-entrepreneur que je pensais pouvoir conserver à juste titre au cas où une mission ponctuelle me serait proposée exigeant ce statut.

Or, cela m'a fait entrer sans que je le sache dans un dispositif d'indemnisation de 15 mois au bout desquels je n'aurais plus rien touché de Pôle-Emploi alors que j'avais initialement 23 mois de droits.

Je suis rendu compte de cette entourloupe par hasard au bout de 13 mois et j'ai aussitôt renoncé au statut auto-entrepreneur pour pouvoir retrouver l'intégralité de ma durée d'indemnisation (23 mois).

J'ai demandé l'annulation rétroactive de ce dispositif, demande refusée.

J'estime à juste titre qu'il s'agit là d'un abus car je n'ai jamais été informé oralement de ce dispositif à mon inscription et les courriers abscons de Pôle-Emploi ne m'ont pas permis d'en prendre la mesure."

Espérons qu'il trouvera gain de cause et que Pôle-Emploi trouve une issue positive à cette situation pour le moins kafkaïenne.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — France
En Seine-Maritime, l’emprise de trafiquants de drogues sur une maire socialiste
Nos confrères du Poulpe ont pu consulter des éléments de l'enquête ayant conduit à la mise en examen de la maire socialiste de Canteleu et de son adjoint. Ils révèlent l’influence d’un réseau criminel sur le monde politique local.
par La rédaction du Poulpe
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony