Anti-démocratique réforme territoriale !

La réforme territoriale décrétée par le Président de la République et le Premier Ministre et dessinée sur un coin de table, a décidé de la fusion des régions à partir de janvier 2016 pour constituer de grands ensembles capables de rivaliser dans une Europe construite selon des lois économiques ultra-libérales, où tout doit être voué aux lois de la concurrence.

De plus en plus, cette réforme apparaît comme anti-démocratique. Alors qu'elle modifie considérablement le paysage institutionnel, géographique, politique, économique et humain de notre pays, le peuple n'est convié à donner son avis qu'à travers quelques réunions publiques éparses (cf. les réunions publiques en région Franche-Comté par exemple).

Comme la loi du mariage pour tous, qui modifiait considérablement le rapport à la famille - tout en précisant que dans ce cas je ne critique pas le fond mais la méthode - la loi sur la réforme territoriale est imposée d'en-haut de manière technocratique sans que jamais le peuple ne soit invité à s'exprimer par la voie naturelle qui serait celle du référendum.

Cette méthode est d'autant plus critiquable qu'en aucune manière l’efficacité de cette réforme est prouvée. Quant à l'argument selon lequel elle produirait des économies, certains Présidents de Région, comme Marie-Guitte Dufay, Présidente de la Région Franche-Comté, ont eu l'honnêteté d'annoncer que ce n'était pas l'objectif premier de cette loi et que d’ailleurs les éventuelles économies ne seraient réalisées qu’au bout de 7 à 8 ans, c'est-à-dire jamais en langage politique.

Soi-disant, constituer de grandes régions les rendrait plus fortes, notamment vis-à-vis des Länder allemands que l'on brandit systématiquement en exemple à tout bout de champ, comme on brandit l'Allemagne en général comme exemple de réussite économique à suivre à tout prix, nous culpabilisant, nous, pauvres Français de ne pas savoir nous sortir de la crise.

Mais Basse-Normandie et Haute-Normandie ne feront qu'une petite région, de même que Franche-Comté et Bourgogne, quand certains Länder allemands sont eux aussi très petits (la Sarre par exemple). Cet argument comparatif ne tient donc pas. La puissance d'une région ne tient d'ailleurs pas à sa taille puisque l'Ile-de-France, géographiquement modeste, est l'une des régions les plus riches d'Europe. D'autre part, marier deux pauvres a-t-il jamais fait un riche, comme dit le dicton ?

Affaire à suivre !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.