Jean-Victor Nambot
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 oct. 2021

Des stratèges conquerrants et non des personnes au service d'une cause

Alors que l'urgence écologique n'a jamais été aussi criante, Le parti EELV est gangréné par des personnalités à l'égo surdimensionné dont le seul but est de faire carrière et non de chercher avec le peuple français des solutions pérennes à ces enjeux vitaux.

Jean-Victor Nambot
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis quelques années, surtout depuis l'hégémonie de Jadot dans le parti, je doute que EELV soit le mieux placé pour soutenir l'écologie.

Je le regrette profondément, mais je crains que ce parti soit en train de suivre la même trajectoire que les socialistes : à force de compromis avec le système ultralibéral et la présence toujours plus importante de personnalités comme celle de Jadot, le parti compose avec le système, et finit par perdre son âme.

Le souci de ces personnalités est davantage de faire une carrière politique qui les amènera le plus haut possible pour satisfaire leur égo, plutôt que se mettre au service d'une cause et d'un idéal.

Comme les socialistes ont torpillé la gauche en se faisant élire sur des promesses de gauche en gouvernant à droite (et même la plus dure avec Walls), les verts avec Jadot vont à nouveau tromper leurs électeurs avec la même stratégie : promettre des mesures écolos pour gouverner en les reniant complètement !

Cela est grave ! Au delà de la trahison, les électeurs (les rares qui croiront encore que voter sert à quelque chose) ne croiront plus en la politique, ni à l'écologie. Alors que la planète brûle et qu'il y a urgence, les chefs d'états et de gouvernements occidentaux ne se préoccupent que de l'argent et du pouvoir qui va avec !

Qui alors pour se saisir du gouvernail avant l'iceberg ?

Certains vont peut-être s'étonner, voire s'indigner, mais, à mes yeux, le seul mouvement politique (et qui n'est pas un parti, notez le bien) qui puisse encore nous permettre un changement de cap est la France insoumise. Certes la personnalité de Jean-Luc Mélanchon fait débat : la vivacité de certains de ses propos a été savamment mise en scène par les médias mainstream et même par certains journalistes de Médiapart ! Mais n'oubliez pas que Jean-Luc Mélanchon ne veut pas du pouvoir : s'il est élu, pour la première fois depuis 1958, une assemblée constituante sera formée de citoyens français de tous horizons tirés au sort et Mélanchon leur laissera la place.

N'oubliez pas non plus que c'est une des rares personnalités à se mettre au service d'un programme. Et quel programme ! Un programme dont les mesures sont approuvées par 90% des Français !

Qui dit mieux ?

Alors ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Violences sexuelles
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — Éducation
Élèves handicapés : les vilenies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc