Lettre ouverte aux lieux culturels

Les lieux culturels ont l'air tétanisés devant les mitraillages liberticides du gouvernement. Dans ce premier billet, je tiens à leur faire savoir combien leur engagement est indispensable dans la lutte pour reconquérir la liberté.

Lettre ouverte aux lieux culturels

Je ne retournerai pas dans vos salles, tant que vous laisserez le passe sanitaire conditionner leur accès !

Comment peut-on vivre encore dans l’optique de renouer avec le monde d’avant : salles pleines de spectateurs attentifs et vibrants ! On voudrait tellement que tout redevienne comme avant. Mais c’est fini, plus rien ne sera comme avant !

Crises politique, climatique, existentielle, économique, idéologique, sanitaire….

Le monde comme nous l’avons connu se meurt : la terre se meurt, les beaux idéaux se meurent, la nature comme nous l’aimions se meurt, la culture se meurt.

 Mais est-ce la fin de tout pour autant ? Non bien-sûr !

Il nous faut sortir de nos conforts, de nos routines, de nos repaires.

 Pourquoi le monde de la culture ne se révolte-t-il pas contre la dictature en marche ?

Qui va le faire, alors ?

 Attendez-vous que vos spectateurs soient devenus des esclaves pour mieux célébrer sur vos scènes le requiem de la liberté ?

 Devenez laboratoire d’une société en devenir !

Laboratoire de chemins à inventer ensemble avec l’imaginaire en couronne sur nos têtes souveraines !

Devenez l’énergie qui nous libère de nos prisons mentales !

Devenez le substrat et la lumière de cette nouvelle biodiversité dont les graines sommeillent en chacun de nous !

 Réinventez vos lieux ! Qu'ils deviennent arènes, agora, symposium, salles de votes, forteresses, écrins, carrefours de rencontres !

Faites-en des têtes de pont !

Que nous devenions avec vous acteurs de changement, de construction et d'invention

 On a besoin de ce refuge, non pour oublier le monde tel qu’il est, mais pour le recréer et le bâtir ensemble !

 Commencez à agir vite : il y a urgence !

 Jean-Victor Nambot

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.