sortie de métro

Sortie métro Croix de Chavaux , Montreuil.

 

L’usine de découpages et emboutissages, le premier travail, O.S.2 qui disait sur le premier bulletin de salaire. Le petit bar, en face, pour le petit café au comptoir, vite fait, avant d’aller pointer. Le restaurant, de temps en temps avec les autres, entre hommes, les femmes se contentaient de leurs gamelles. La première grève parce que la secrétaire refusait l’embauche d’un polonais (trop de papiers). C’était facile les grèves, en ce temps là. Hommes et Femmes, s’arrêtaient de travailler tout simplement, et sortaient dans la cour. Toutes machines arrêtées, délicieux silence à nos oreilles.  Assourdissant silence pour le patronat.

 

 L’assassinat, de Pierre Overney, n’arriva que quelques petites années plus tard. Crime particulièrement odieux.

 

Il y a un doux visage qui reste, celui du monsieur aux cheveux blancs qui passait ses journées de travail à balayer la limaille qui jonchait le sol en ciment. Parti à la retraite, à 65 ans, il est mort dans les six mois.

 

Et reste aussi, le souvenir du sourire de l’ouvrière, traversant à travers toutes les machines, venue me dire : «  je savais que vous ne resteriez pas ». Effectivement, j’allais partir.

Ailleurs,

 Reste le souvenir de cette dame et de son sourire. Lumineux.

 

  Inoubliable, c’était hier.

 © DR © DR

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.