Profitez

Profitez

 

       C’est mieux qu’un physique de mannequin à porte manteau pour les robes de Grands couturiers et leurs défilés d’anorexiques.

Je vous passe les photos, on voit à travers, comme les radioscopies.

J’en ai connu un, d’anorexique, impressionnant, depuis il va aussi bien que possible,  ce qui est respectable. Respectables comme mes voisins et mes voisines qui ne sont pas mes cousines. 

Oui, quand j’aime je le dis aussi souvent que possible, quand je n’aime pas  je le dis aussi, mais moins et même des fois pas du tout.

 

Laissons nous vivre me disait hier mon amie Joëlle. 

 

Aimer, un mot clef qui ouvre bien des portes.

 

Par exemple, la femme voilée que je croise de temps en temps, nos courts échanges m’apprennent plus que bien des polémiques. La dernière : je lui confie que je ne comprends rien au Ramadan, elle a rigolé, me répondant : c’est normal…

 

Et puis quoi  encore puisque je suis entré dans des confidences murmurées à vos oreilles que je ne peux imaginer que bienveillantes. Allons à mes origines, comme tout un chacun, mes parents : ils m’ont élevé hors de la haine : Ceci dit je  peux être en colère. Voire même très.

 

Aimer, encore et  encore Médiapart, tel qu’!l est, avec ses imperfections et ses qualités. Laissons le fantasme de l’homme parfait aux nazillons de droite et de gauche. Sinon, je ne serais pas abonné,  Question de cohérence tout simplement.

 

Faudrait une citation du Petit Prince  en guise de conclusion, je vous offre de la choisir.

 

Car, comme le savez peut-être, j’aine bien aller écouter le chant des oiseaux.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.