c'est arrivé

 

Un jour, c’est arrivé, sans prévenir.

 

il y avait bien eu quelques signes avant coureurs,

Mais bon, s’il fallait courir après tous les signes,

On arriverait forcément après tous les avants,

Un peu comme les mailles qui se chamaillent

De savoir, laquelle est arrivée la première

A l’envers où l’endroit.

 

Va savoir. J’y suis allé voir, j’en suis revenu,

Et tu sais quoi ? Ben moi non plus, je ne sais pas.

Çà ne m’empêche pas d’en parler.

Comme tout le monde.

 

Bref, un jour c’est arrivé,

 

Tout doucement, sans faire de bruit, comme l’âge,

Ma vie avait été cambriolée, force était de constater,

 Le bordel qu’avait laissé le monte en l’air,

Je te raconte pas.

Depuis je préfère les monte en bas.

 

L’enfoiré de temps, il fait quelque chose à l’affaire,

je l’ai pas vu venir, J’allais devenir vieux et con à la fois.

Bon d’accord, il n’y a que vieux qui soit nouveau.

Mais quand même c’est surprenant.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.