Jean-Yves Mignet
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 janv. 2019

Jean-Yves Mignet
Abonné·e de Mediapart

App «La Pile de CV» : l'innovation doit-elle toucher aussi l'emploi ?

Une nouvelle étape est franchie dans la folie capitaliste de la «Start-Up nation»: Pôle emploi propose aux chômeurs de télécharger une application qui fait payer les utilisateurs pour être repérés par des recruteurs. Un billet de blog de l'abonné de Mediapart Jean-Yves Mignet.

Jean-Yves Mignet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De nombreuses rédactions de journaux ont reçu en ce début d'année un communiqué de presse d’une start-up appelée « La Pile de CV by Bowkr » se présentant comme « La Plus grande pile de CV au monde », et qui ambitionne de révolutionner le marché de l’emploi.

Jusque-là, rien d’anormal. Les jeunes pousses dans ce secteur sont nombreuses et jouent des coudes pour proposer les meilleures alternatives à la recherche d’emploi classique. L’entreprise susmentionnée semble, de prime abord, tout à fait respectable. Elle affirme vouloir « apporter de la fraîcheur et de l’efficacité dans le processus laborieux de recherche d’emploi. »

Cela ne pourrait être qu’un banal communiqué de presse d’une start-up cherchant à se faire connaitre si derrière tout cela ne se cachait pas un logo, et un label : ceux de Pôle Emploi. En effet, cette application est mise en avant sur l’Emploi Store, plateforme officielle du ministère du travail. Elle fait donc partie des services proposés par l’Etat pour les demandeurs d’emploi. Après quelques recherches, on s'aperçoit que Bowkr est partenaire de Pôle Emploi depuis 2016 et qu'il y a plus de 35 000 CV dans cette database qui est donc un véritable nid de chômeurs ou de personnes en recherche de travail.

Et c’est là que les choses commencent à devenir intéressantes. Lorsqu’on se connecte à l’application, on comprend directement que les créateurs sont des adeptes de la #StartupNation. Couleurs criardes, points d’expérience, pièces jaunes, gamification : on est en plein dans l’univers de la Macronie pour qui tout est un jeu… même la précarité d’un chômeur. Chaque CV obtient des points dits « XP » par rapport à une compétence : un diplôme, 2000 points XP, une langue parlée, 500 points et ainsi de suite. Au final, chaque profil cumule un total de points, et ces profils sont classés, par catégorie (serveur, rédacteur, maçon…) et par ville de disponibilité, selon le nombre de points. Celui qui a le plus de points est en haut de la pile, et on lui promet d’être contacté par un recruteur plus vite que le pauvre 500e du classement qui lui, n’aura que les miettes. Déjà une belle idée de l’égalité républicaine.

Mais le comble de l’ignominie est atteint lorsque l’on descend un petit peu plus bas dans l’application. Une petite ligne « Booster mon CV » (voir capture) apparaît. Et là, tout un manège se dévoile : on peut gagner 500 points d’XP en partageant son profil, mais également en regardant une vidéo promotionnelle, et, tenez-vous bien… en payant ! On peut donc lire « Ajoute 10 000 XP à ton profil pour une durée limitée : 5 jours, 16,99€ ! ». Surréaliste. Pôle Emploi, via son service « La Pile de CV », fait payer les demandeurs d’emploi pour les pistonner et leur permettre d’être contactés par des recruteurs. On est dans la stratosphère.

 On assiste ici à un véritable scandale : classer les humains, passe encore, cela se fait malheureusement encore à l’école. Mais donner plus de chances de recrutement à une personne aisée qu’à une personne dans le besoin, nous voilà arrivés au stade terminal du capitalisme. Et c’est le gouvernement, via Pôle Emploi, qui vous le propose ! Elle n’est pas belle la vie en Macronie ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report