Jean-Yves Mignet
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 janv. 2019

Jean-Yves Mignet
Abonné·e de Mediapart

App «La Pile de CV» : l'innovation doit-elle toucher aussi l'emploi ?

Une nouvelle étape est franchie dans la folie capitaliste de la «Start-Up nation»: Pôle emploi propose aux chômeurs de télécharger une application qui fait payer les utilisateurs pour être repérés par des recruteurs. Un billet de blog de l'abonné de Mediapart Jean-Yves Mignet.

Jean-Yves Mignet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De nombreuses rédactions de journaux ont reçu en ce début d'année un communiqué de presse d’une start-up appelée « La Pile de CV by Bowkr » se présentant comme « La Plus grande pile de CV au monde », et qui ambitionne de révolutionner le marché de l’emploi.

Jusque-là, rien d’anormal. Les jeunes pousses dans ce secteur sont nombreuses et jouent des coudes pour proposer les meilleures alternatives à la recherche d’emploi classique. L’entreprise susmentionnée semble, de prime abord, tout à fait respectable. Elle affirme vouloir « apporter de la fraîcheur et de l’efficacité dans le processus laborieux de recherche d’emploi. »

Cela ne pourrait être qu’un banal communiqué de presse d’une start-up cherchant à se faire connaitre si derrière tout cela ne se cachait pas un logo, et un label : ceux de Pôle Emploi. En effet, cette application est mise en avant sur l’Emploi Store, plateforme officielle du ministère du travail. Elle fait donc partie des services proposés par l’Etat pour les demandeurs d’emploi. Après quelques recherches, on s'aperçoit que Bowkr est partenaire de Pôle Emploi depuis 2016 et qu'il y a plus de 35 000 CV dans cette database qui est donc un véritable nid de chômeurs ou de personnes en recherche de travail.

Et c’est là que les choses commencent à devenir intéressantes. Lorsqu’on se connecte à l’application, on comprend directement que les créateurs sont des adeptes de la #StartupNation. Couleurs criardes, points d’expérience, pièces jaunes, gamification : on est en plein dans l’univers de la Macronie pour qui tout est un jeu… même la précarité d’un chômeur. Chaque CV obtient des points dits « XP » par rapport à une compétence : un diplôme, 2000 points XP, une langue parlée, 500 points et ainsi de suite. Au final, chaque profil cumule un total de points, et ces profils sont classés, par catégorie (serveur, rédacteur, maçon…) et par ville de disponibilité, selon le nombre de points. Celui qui a le plus de points est en haut de la pile, et on lui promet d’être contacté par un recruteur plus vite que le pauvre 500e du classement qui lui, n’aura que les miettes. Déjà une belle idée de l’égalité républicaine.

Mais le comble de l’ignominie est atteint lorsque l’on descend un petit peu plus bas dans l’application. Une petite ligne « Booster mon CV » (voir capture) apparaît. Et là, tout un manège se dévoile : on peut gagner 500 points d’XP en partageant son profil, mais également en regardant une vidéo promotionnelle, et, tenez-vous bien… en payant ! On peut donc lire « Ajoute 10 000 XP à ton profil pour une durée limitée : 5 jours, 16,99€ ! ». Surréaliste. Pôle Emploi, via son service « La Pile de CV », fait payer les demandeurs d’emploi pour les pistonner et leur permettre d’être contactés par des recruteurs. On est dans la stratosphère.

 On assiste ici à un véritable scandale : classer les humains, passe encore, cela se fait malheureusement encore à l’école. Mais donner plus de chances de recrutement à une personne aisée qu’à une personne dans le besoin, nous voilà arrivés au stade terminal du capitalisme. Et c’est le gouvernement, via Pôle Emploi, qui vous le propose ! Elle n’est pas belle la vie en Macronie ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise