Les gilets jaunes à Rouen : un mouvement hautement inflammable

Rouen, capitale régionale normande, demeure un point de fixation du mouvement des gilets jaunes. Hier, des incidents ont à nouveau éclaté en fin de manifestation.

Rouen a été oubliée dans la liste des villes dont les médias regorgent. Hier, pourtant, comme chaque samedi depuis le 17 novembre dernier, la capitale régionale normande a connu un nouvel accès de fièvre avec quelques centaines de gilets jaunes et de protestataires défilant dans les rues du centre de la ville aux cent clochers.

Les deux revendications essentielles sont toujours les mêmes : Le RIC, le référendum d’initiative citoyenne et la démission d’Emmanuel Macron de la présidence de la République. Tant que les conclusions synthétiques du Grand débat national ne seront pas rendues publiques, tant que le gouvernement n’aura pas fait ses choix pour relancer le dialogue social, créer des conditions matérielles favorables pour les plus modestes, sans miser sur le résultat des élections européennes inappropriées pour régler ce mouvement social novateur et déterminé, la situation risque bien d’être figée. Il faudrait donc s’habituer aux cortèges, blocages de carrefours (comme à Tourville-La-Rivière hier) et aussi aux incidents plus ou moins graves avec blessés chez les policiers, gendarmes et les protestataires.

J’ai été témoin, hier, d’un dérapage non contrôlé de la part de jeunes (gilets jaunes et non gilets jaunes) rassemblés près du Boulevard des Belges à Rouen, adolescents pas plus vieux que 15, 16 ans, venus là pour en découdre, allumer des incendies de poubelles et de matériaux de chantiers, et aussi casser du flic.

Incendie de matériaux de chantier près du boulevard des Belges à Rouen © Jean-Charles Houel Incendie de matériaux de chantier près du boulevard des Belges à Rouen © Jean-Charles Houel
Ce rite du samedi, s’il sert la solidarité interne des manifestants, ne manque pas d’énerver les commerçants d’une ville fréquentée pour la qualité de vie de son centre et par des touristes souvent ébahis. Le ministre de l’Intérieur a récemment indiqué le montant des dépenses occasionnées par les dégradations sans oublier tous ces blessés graves notamment à cause de l’usage du BLD si dangereux. De nombreux badauds avec lesquels j’ai discutés demandent l’interdiction des manifestations. C’est un droit constitutionnel précieux qui doit demeurer. Et quand bien même ces manifestations seraient interdites, elles existeraient quand même, non déclarées, non contrôlées, non maîtrisées.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.