« Disons NON au colonialisme, révisionniste et raciste! »

« Pour Robert MENARD, maire de Béziers qui se proclame l'héritier de l'OAS par l'action de son père, il s'agit de supprimer le nom d'une date de paix, le «19 mars 1962», pour donner à la rue le nom de Hélie Denoix de Saint Marc, qui a été condamné par la justice française.

Ce commandant a été actif lors du «putsch du quarteron des généraux» du 21 avril 1961, avorté par la mobilisation des soldats du contingent et par le général de Gaulle.

Au moment où les relations franco-algériennes s'apaisent, où en France, il est plus que jamais nécessaire de réconcilier les mémoires des Anciens d'Algérie qu'ils soient pro ou anti Algérie française, des Appelés qui ont été engagés dans cette guerre, des descendants des «Musulmans d'Algérie» soumis à l’infamant «Code de l'Indigénat», 

Disons NON au colonialisme, révisionniste et raciste! »

 

Plus rien ne les arrête ! Ménard et sa bande de Biterrois FN, bleu marine, nostalgiques de l’Algérie française, suppôts de l’OAS (1), ont osé débaptisé aujourd’hui la rue du 19 mars 1962, date de la signature des accords d’Evian qui mettaient fin à la guerre d’Algérie, en la remplaçant par le nom d’un putschiste condamné à dix ans de prison et devenu le héros de Béziers !

 

Voilà ce que font les maires élus et soutenus par le FN lors des dernières élections municipales. Quand certains privent la Ligue des droits de l’homme de subvention ou de locaux, d’autres débaptisent les rues des villes de France pour mettre à l’honneur ceux qui ont contribué à creuser le fossé entre les Algériens et les Français.

 

Il s’est heureusement trouvé un groupe d’opposants (500 dit-on) venus crier leur colère pendant la honteuse cérémonie orchestrée par le maire de Béziers. Ce sont les mêmes à avoir rédigé et fait signer la pétition en tête de ce texte au nom du mouvement de la paix de Béziers.

 

Si vous êtes d’accord avec son contenu, signez, vous aussi, la pétition.

http://www.petitions24.net/contact/110435

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.