Plaidoyer pour Fleur Pellerin « jetée » hors du gouvernement Valls

Fleur Pellerin ne plaisait plus à notre prince. Pas assez soumise. Et pas communicante pour deux ronds. Elle savait occuper un siège éjectable. Encore aurait-il fallu la laisser appuyer sur le bouton.

 

Fleur Pellerin ne méritait ni l’infamie, ni l’irrespect. « Jetée » hors du gouvernement par François Hollande — il n’y a pas d’autre mot — pour la remplacer par Audrey Azoulay, son ex-conseillère aux affaires culturelles, l’ancienne ministre de la Culture a bien du mal à cacher sa rancœur. Elle savait, comme tous les ministres le savent que ces messieurs et ces dames sont installés sur un siège éjectable et que leur passage peut être éphémère. Ensuite, quand le président considère pour X raisons qu’il serait bon de nommer des remplaçants, rien ne lui interdit d’être courtois et de respecter certaines formes. Après tout, quels que soient les ministres, ils travaillent pour la France et les Français, non ?

 

 

 

Je n’ai pas apprécié les quelques pages du livre de Mme Trierweiler consacrée à son idylle que je n’ose remercier pour ce moment. Mais avec ce que l’on sait aujourd’hui, je me dis que ce président-là, cet homme-là, n’aime pas les femmes. Ou s’il les aime c’est d’une manière très particulière que je ne saurais qualifier. Ségolène Royal en sait plus long que moi sur ce chapitre.

 

 

 

Fleur Pellerin n’a pas lu Patrick Modiano. Est-ce un crime ? Mme Azouley connaît-elle sur le bout des ongles tous les auteurs français ou ceux susceptibles d’obtenir le prix Nobel de littérature ? Comme le dit bien Fleur Pellerin « j’ai raté ma communication. » Comprendre « j’ai mal mis en valeur le président de la République. » Dans la société hyper-connectée d’aujourd’hui, ne pas savoir ou ne pas pouvoir communiquer correctement est une infirmité, elle vous condamne au cachot.

 

 

 

J’aimerais d’ailleurs connaître les noms de tous les parlementaires incapables d’envoyer un mail ou d’ouvrir un compte twitter. Ils seraient nombreux — s’ils y avaient droit — à devoir s’inscrire à Pôle-emploi pour incompétence ou faute grave. Ancienne secrétaire d’Etat au numérique, Fleur Pellerin aurait donc été victime d’un crime affreux : ne plus plaire au prince qui nous gouverne faute de tweets, de blogs, de communiqués suffisamment flatteurs. Au fait, lui aussi est assis sur un siège éjectable…

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.