Il doit bien exister des économistes de gauche sur la place de Paris

Parmi les invités d’Yves Calvi dans l’émission C dans l’air sur la 5, il en est des réguliers, experts ou soi disant experts, qu’on retrouve jusqu’à plus soif. J’en déduis que la place de Paris ne dispose que d’un faible panel de spécialistes ou que des contrats moraux sont passés entre la production de l’émission et les orateurs. Fort heureusement, il en est comme Ivan Rioufol, du Figaro, classé parmi les extrémistes de droite, qu’Yves Calvi n’invite plus. Au fil des émissions, ce Rioufol était devenu la caricature de sa caricature.

Les temps se prêtent aux débats sur l’économie et la finance. Autant dire qu’il y a là matière à palabres et à discussions. C’est ainsi qu’on retrouve souvent, sur le plateau de « C dans l’air » le sinistre Michel Godet, la virtuose Agnès Verdier-Molinié, le fondateur du journal l’Opinion (à droite) Nicolas Beytout, tous plus libéraux les uns que les autres. Ils ont une hantise : la dépense publique. Ils ont en horreur la fonction publique — « elle a du gras » comme dirait Godet — et surtout, ils détestent les déficits utilisant souvent la métaphore du bon père de famille qui se doit d’équilibrer les comptes. Comme si la dette était un fardeau éternel, un outil de gestion condamnable par principe. Ces économistes n’ignorent quand même pas que des investissements utilisés par plusieurs générations méritent de ne pas être financés par une seule. D’où le recours à l’emprunt.

Tous ces experts, parfois réunis ensemble — vous imaginez les discours — s’en donnent à cœur joie contre Hollande, le gouvernement, la majorité de gauche et le tuttim. Leur crédo, à ces gentilles personnes, c’est le libéralisme. Il faut libérer. Libérer les chefs d’entreprises des pattes d’une administration tatillonne et finalement inutile, libérer l’initiative (ça c’est le grand mot l’initiative) et évidemment l’encourager par des mesures fiscales appropriées, libérer les Français de toutes ces « charges » car ils n’utilisent jamais le mot de cotisations sociales. A coups de courbes, de chiffres, de pourcentages, Agnès Verdier-Molinié, nez pointu lèvres fines, nous administre des pensums sans doute très intelligents, très pensés mais qui souvent, oublient que derrière les chiffres qu’elle manipule avec aisance, il y a des hommes et des femmes, des familles à faire vivre et que les solutions qu’elle préconise créeraient, comme elle dit, un certain choc pour ne pas dire le chaos.

Je ne reproche pas à Yves Calvi d’inviter les personnes de son choix. Il serait bien que de temps à autre, il permette aux téléspectateurs nombreux qui suivent ses émissions d’entendre un autre son de cloche que celui de la droite ultra-libérale. Il doit bien exister des économistes de gauche, non ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.